La reconversion des régions à cheminées se confirme

La reconversion des régions à cheminées se confirme
(Photo : Gravité Média - Denis Germain)

Il y a pratiquement un an jour pour jour, je signais ici une chronique qui évoquait une sorte de revanche: celle des villes qui avaient prospéré, puis décliné, liées à leur forte dépendance aux industries lourdes et qui vivaient leur propre renaissance.

L’avantage d’autrefois était devenu un désavantage, mais il redevient un avantage. Et aujourd’hui, des entreprises tournées vers le XXIe siècle en profitent. Elles réaménagent le tissu industriel vacant et la roue tourne.

Les informations les plus récentes le confirment. À preuve, ce qu’on anticipe pour Salaberry-de-Valleyfield. Le maire Miguel Lemieux évoque même 10 000 résidents de plus d’ici cinq ans, selon un article récent dans La Presse+.

Ce ne serait pas rien: compte tenu de la population actuelle, ce serait là une addition d’au moins 20% en quelques années, alors que la population globale du Québec est appelée à stagner!

Sans compter que les villes avoisinantes, Beauharnois, Léry et autres vont probablement profiter elles aussi de cette manne qui surgit de différentes sources.

D’abord, la reconversion de l’économie.

De grands complexes industriels jadis bourdonnants étaient en désuétude. Pétrochimie, métallurgie, textile et autres avaient soit déménagé ailleurs, soit carrément disparu.

Mais ce qu’on appelle les friches industrielles, des bâtiments abandonnés, sont aujourd’hui convoitées. Des entreprises sans cheminées mais qui bénéficient de l’électricité propre, abondante et abordable du Québec en sont friandes. Le meilleur exemple, dont il était question dans l’article de l’an passé, demeure la française OVH qui s’est installée en 2012 avec ses 360 000 serveurs informatiques dans l’ancien complexe de Rio Tinto.

D’autres ont suivi. Les citoyens ont eux aussi suivi. Et la région connaît aujourd’hui un nouveau boom. Mais cette reconversion n’en est pas la seule raison.

Le prolongement de l’autoroute 30 allège le trafic et les liaisons vers la métropole.

La mise en service prochaine du REM, rebaptisé «le train de la Caisse [de dépôt et de placement du Québec]», va faciliter les déplacements entre la Rive-Sud et le centre-ville de Montréal.

L’accès à la propriété devient de plus en plus difficile sur l’île alors que de belles occasions demeurent en Montérégie où abondent les services de toutes natures.

Et le télétravail a fait ses preuves. On s’attend à ce que le phénomène perdure au-delà de la pandémie.

Les anciennes villes à cheminée ont mangé assez longtemps leur pain noir. Ce qui se déroule aujourd’hui à Salaberry-de-Valleyfield prouve qu’il y peut y avoir une vie après le purgatoire. Le nouveau défi, pour les autorités, devient maintenant de bien gérer ce nouvel élan.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires