Actualités

Le plus grand syndicat du CISSS de la Montérégie-Ouest se réjouit de la nouvelle direction

jeudi le 29 avril 2021
Modifié à 16 h 17 min le 29 avril 2021
Par Yanick Michaud
« Ça répond à notre demande. Nous voulions qu’il y ait un nouveau capitaine à bord, qui mène bien les équipes pour prendre une nouvelle direction. » Simon Beaulieu est le président de la section locale 3247 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). Il représente quelque 4600 membres dans la catégorie 2, personnel paratechnique, services auxiliaires et métiers, et la catégorie 3, personnel de bureau, techniciens et professionnels de l’administration. Il s’agit de la plus grande organisation syndicale présente au Centre intégré de santé et services sociaux de la Montérégie-Ouest (CISSSMO). Le départ d’Yves Masse est encourageant selon lui. « Nous le demandions depuis longtemps, parce que ça n’avait plus de sens. Malgré nos demandes et discussions, il n’y avait pas de changements. Il y avait un manque de décisions. Ça causait de nombreux problèmes », évoque celui qui croit que les canaux de communications étaient peu efficaces.

De graves lacunes

Le mois dernier, il y avait déjà près de 8000 griefs actifs au CISSSMO, dont 3541 au SCFP 3247. « Nous nous sommes adressés plus haut. Maintenant l’avenir nous dira si ça ira mieux. Nous n’avons pas rencontré Lise Verreault, mais nous avons demandé un rendez-vous rapide. Nous espérons qu’elle fasse une analyse profonde avec les équipes de direction en place pour voir comment on pourrait faire mieux », plaide Simon Beaulieu. Selon lui, les vieilles manières de faire amenaient de graves lacunes. « Il y avait des directives qui ne se rendaient pas au niveau des travailleurs. Et l’inverse est vrai. Ce qui se passait sur le plancher ne se rendait pas à la direction générale. Les canaux communicants étaient bloqués dans un sens comme dans l’autre. Sur le terrain ça a des répercussions sur la rétention. On se vante d’être un milieu de travail attrayant, mais ce n’est pas vrai. On doit mieux traiter les employés à la base », estime le président du syndicat.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous