Lettre ouverte : Il faut faire plus que de signer la déclaration universelle climatique

Lettre ouverte : Il faut faire plus que de signer la déclaration universelle climatique

Arbre dans une forêt.

Crédit photo : Depositphotos

Félicitations aux élus de Saint-Philippe, Sainte-Catherine, La Prairie, Candiac et Saint-Mathieu pour avoir appuyé une version de la déclaration universelle d’urgence.

Faisant partie des 82 villes de la Communauté métropolitaine de Montréal, une telle requête a été envoyée depuis novembre 2018. Les deux autres conseils municipaux de l’est de la MRC de Roussillon traitent notre demande de reconnaître l’envergure de cette initiative et de voter dans le même sens.

Ce type de déclaration revendique, entre autres, plus de financement de la part des paliers supérieurs gouvernementaux pour la «mise en oeuvre d’initiatives permettant d’accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’adaptation aux changements climatiques, incluant la transition énergétique» – procès-verbal du 13-11-2018 de la Ville de Saint-Philippe.

Même si les derniers budgets ministériels n’ont pas répondu à ce besoin, il demeure que plus de 320 villes au Québec ont reconnu qu’il y a une urgence climatique. Riche des appuis additionnels qui progressent au Canada, ce mouvement est présentement un modèle mondial de prise de conscience et de mobilisation environnementale.Alors pour passer de l’intention à l’action, quelle ville trouvera les forces vives communautaires pour innover, surmonter la lenteur administrative et mobiliser ses citoyens afin de réduire stratégiquement leur empreinte écologique de manière exemplaire, pas seulement par le biais de gestes symboliques?

Pour les municipalités, conserver un environnement sain devrait être de base autant que de soutenir une bibliothèque! Concrètement, penser environnement en tout temps. Il faut prendre les moyens et les ressources nécessaires pour analyser, agir et communiquer en conséquence.

Autorisez et utilisez les technologies vertes. Compensez l’empreinte carbone de vos municipalités. Développez intelligemment en prévoyant l’inimaginable et dépassez le minimum requis légalement. Aménagez le territoire de façon plus compacte, plus dense, plus mixte, plus verte, plus ombragée, plus autosuffisante, plus nourricière, moins énergivore… Soutenez le transport en commun, modernisez vos flottes de véhicules et agissez contre la marche au ralenti des véhicules à moteur.

Nous payons financièrement et humainement cher aujourd’hui pour l’ampleur des infrastructures vertes disparues, pas seulement régionalement, mais à l’échelle planétaire. De l’arbre à la trame verte, elles rendent des services écologiques critiques contre la chaleur, les inondations, la pollution, le ruissellement agricole, etc.

Le développement durable n’est pas du progrès infini, c’est de la bonne gouvernance: globalité, interrelations et sagesse.

 

La Vigile verte

Organisme sans but lucratif de conservation environnementale basé à La Prairie

 

 

 

Commenter cet article

avatar