Pas de sport dans les écoles jusqu’en octobre au moins

Par Yanick Michaud
Pas de sport dans les écoles jusqu’en octobre au moins

En vertu du respect du concept des classes bulle dans les écoles de la province, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a émis la directive de repousser le début des programmes sportifs scolaires.

À quelques heures du retour en classe, alors que certains camps préparatoires ont été entamés, le ministre a fait savoir que tous les sports, incluant ceux disputés dans les programmes sport-études, ne seraient pas mis en marche avant au moins le début octobre.

Une nouvelle qui a provoqué une onde de choc pour les directeurs d’école, les parents et au moins 220 000 élèves athlètes au Québec.

Des classes bulle pas très étanches

Ce qui fait sourciller plusieurs intervenants sur les réseaux sociaux est le concept des classes bulle, qui ne sont pas si hermétiques. Jean-François Roberge explique que la tenue des activités sportives, ou artistiques, en dehors des heures de classe, impliquerait la participation d’écoliers de niveaux scolaires différents et de classes diverses.

Or, pour certains, ces bulles sont défaites dès que le jeune utilise le transport scolaire, vaque dans son noyau familial ou pire, pratique un sport dans une catégorie civile. Parce que les associations sportives peuvent poursuivre les activités amorcées depuis plusieurs mois dans certains cas.

Incidemment, des joueurs de hockey de différents niveaux scolaires se retrouveront sur la même patinoire pour les entraînements ou les matchs pee-wee, ou bantam, par exemple, mais ne pourront le faire dans un cadre parascolaire.

Il faut maintenant transposer cette réalité aux autres sports ou activités culturelles. Football, soccer, badminton, cheerleading, natation ou encore harmonies musicales, troupes de danse ou d’improvisation.

Le député de Chambly explique que la rentrée doit se faire de manière la plus sécuritaire possible et une fois quelques semaines passées, en évaluant les cas, il sera plus facile de gérer les actions subséquentes.

Cependant, des parents décrient la situation en expliquant que certains élèves du secondaire aiment se rendre à l’école, justement parce qu’ils sont accrochés par la pratique du sport. D’aucuns se questionnent sur les décisions prises à la va-vite qui pourraient nuire au développement de plusieurs jeunes de la province.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marie-Claude Blais
Marie-Claude Blais
1 mois

C’est inacceptable… les jeunes payent le prix de décisions prises à la va-vite… et tout cela à minuit moins 5… OUT Roberge.. tout simplement.. continuez à vivre dans la peur et transmettre ce message à nos prochaines générations.. je suis vraiment outrée!! Souvent le sport étude est ce qui raccroche plusieurs jeunes à aimer aller à l’école!!! Vous allez vous ramasser avec un problème de decrocheurs dans vraiment pas long monsieur le ministre!! En plus d’avoir encouragé ces mêmes jeunes avec vos primes de salaire à aller travailler pendant votre confinement!! Bravo supers génies!!