PHOTOS ET VIDÉOS – Un Delsonnien transforme sa maison en musée de la nostalgie

Par Vicky Girard
PHOTOS ET VIDÉOS – Un Delsonnien transforme sa maison en musée de la nostalgie
(Photo : Le Reflet - Denis Germain)

La nostalgie guide André Pharand lorsqu’il se procure ou fabrique quelque chose. Des 2 000 porte-clés qu’il conserve aux 53 vieilles voitures qu’il a retapées et possédées dans sa vie, la collection étalée en véritable musée dans le sous-sol du septuagénaire est belle à voir, mais raconte surtout d’innombrables histoires.

Le résident de Delson n’accumule pas des objets seulement pour les exposer. Il utilise sa camionnette Chevrolet 1955 de collection turquoise 365 jours par année, fait remarquer l’ancien mécanicien maintenant retraité.

La maison de M. Pharand est loin d’être le capharnaüm auquel on pourrait s’attendre lorsqu’il affirme avoir «au moins 1 000» objets de collection.

«J’ai un inventaire de ce que je vends, mais pas de tout ce que j’ai. Je ne pourrais pas dire combien ça vaut tout ça», affirme-t-il.

Des étagères où des voitures miniatures sont bien installées et éclairées, un coin musique où un jukebox fonctionnel trône sous des tablettes remplies de radios de toutes sortes, d’époque ou plus récentes, ainsi qu’une panoplie de décorations murales comme des enseignes de bières, de Coca-Cola et des plaques d’immatriculation accueillent les visiteurs qui pénètrent au sous-sol aménagé avec soin par M. Pharand.

En s’assoyant au bar qu’il a lui-même construit, devant une caisse enregistreuse ancienne qui semble tout droit sortie d’un film, l’homme raconte tout bonnement avoir vendu plus de 300 à 400 items durant l’été.

«Ça ne paraît même pas! Pourtant, j’ai retiré beaucoup de grosses affaires sur les murs», rigole-t-il.

M. Pharand explique qu’au-delà de sa passion des trouvailles lorsqu’il «couraille» les encans, marchés aux puces ou maintenant, la plateforme de vente Marketplace sur Facebook, il adore se lancer des défis.

Bricoleur

En pointant ce qui semble d’abord être un petit tracteur ordinaire, mais qui s’avère avoir été fabriqué avec une vieille machine à coudre, l’homme raconte faire des séries de créations comme celle-ci, parfois à la demande de gens qui aiment ses confections.

Le Reflet – Vicky Girard

«Je suis un bricoleur. C’est des folies qui me passent par la tête», ajoute celui qui fabrique présentement des coffres, barils et pots en bois.

Son étagère remplie de machinerie agricole miniature en fait également état. Les petits objets de bois équipés de mécanismes sont conçus de mémoire, sans aucun plan. Ils servent aussi de jouets à ses petits-enfants.

«Parfois, je regarde la télévision avec ma femme et elle me demande de lui confectionner des choses. Je lui ai fait une table avec des roues de fer. Si je trouve une vitre ronde, j’en fais un meuble. Je répare constamment des objets brisés. J’aime leur donner une deuxième vie», détaille M. Pharand.

Il serait possible de passer des heures à visiter le petit musée en écoutant son propriétaire décrire chaque objet avec passion.

Revente

La valeur monétaire des items que M. Pharand possède lui importe peu. Plusieurs reproductions se retrouvent dans sa collection, simplement pour des raisons esthétiques.

Néanmoins, il connaît ce qu’il appelle «la game des collectionneurs». La journée de son entretien avec Le Reflet , il venait de discuter avec quelqu’un qui allait lui vendre un ensemble de poulies agricoles à 40$.

«Je sais que je vais pouvoir revendre ça à 150$», dit-il.

Bien qu’il garde des choses qui ont une valeur sentimentale, il se plaît à en revendre beaucoup.

Des sites comme eBay lui servent de référence pour la valeur de ses acquisitions. M. Pharand a également développé un réseau de connaisseurs dans le domaine, de qui il peut en apprendre encore plus.

«Je fouille et je m’informe quand je m’intéresse à quelque chose», partage-t-il.

Parmi sa collection de radios, par exemple, il peut identifier celle qui vaut 250$ et celle qui en vaut 5$. Il se souvient également où et à quel coût il les a achetées, ainsi que leur marque et année de fabrication.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des