Plusieurs incendies suspects à Saint-Mathieu

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Plusieurs incendies suspects à Saint-Mathieu
(Photo : Le Reflet - Érick Rivest)

Les pompiers sont intervenus pour éteindre quatre incendies qui ont ravagé des bâtiments inhabités de la rue Principale à Saint-Mathieu le jeudi 22 août, vers 00h45.

Les services d’urgence ont d’abord été alertés pour un incendie qui faisait rage dans une résidence au 250.

«Les agents sont arrivés rapidement sur les lieux et ont vérifié si des résidents étaient à l’intérieur de la maison.  Heureusement, il n’y avait  personne», indique Karine Bergeron, agente aux relations médiatiques à la Régie intermunicipale de police Roussillon.

Sur place, ils ont constaté que le garage ainsi que deux granges sur le terrain adjacent étaient aussi la proie des flammes.

Les techniciens en scène d’incendie de la Sûreté du Québec assistent les enquêteurs de la Régie afin de déterminer les causes et les circonstances de l’incendie, précise l’agente.

D’un balcon à une maison

«L’appel initial faisait état de l’incendie d’un balcon, raconte Sébastien Lavoie, directeur du Service d’incendie de La Prairie. C’est une fois rendu sur place que le chef a réalisé que la maison était la proie des flammes. Il a aussi vu que le garage détaché était en feu.»

Puis, un policier a avisé le chef qu’il voyait des flammes sortir d’une grange au 240, rue Principale, ajoute M. Lavoie.

D’autres services d’incendie ont alors été appelés en renfort. Une quarantaine de pompiers en provenance des Service d’incendie de Saint-Philippe-Saint-Mathieu, Saint-Michel, Saint-Constant et Candiac-Delson sont venus prêter main forte à leurs collègues de La Prairie. Ils ont combattu les flammes pendant deux heures environ.

«La maison abandonnée a été la plus touchée, mentionne M. Lavoie. Une des deux granges a aussi subi des dommages importants à la structure. Cependant, l’équipement qui s’y trouvait n’a pas été endommagé.»

Quant à l’autre grange, les dommages se limitent à la combustion d’une porte, selon lui. Des traces suspectes s’y trouvaient.

«Dans la première heure de notre intervention, on a transféré l’enquête à la police», dit le directeur par intérim.

 

 

(Photo Le Reflet – Érick Rivest)
(Photo Le Reflet – Érick Rivest)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des