Retour en classe : «Beaucoup de questions sans réponse», dit le syndicat des professeurs de la commission scolaire

Par Hélène Gingras
Retour en classe : «Beaucoup de questions sans réponse», dit le syndicat des professeurs de la commission scolaire
(Photo : Depositphotos)

 Le syndicat des professeurs de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries affirme qu’il «reste beaucoup de travail à faire» d’ici le retour en classe volontaire des élèves du primaire, le 19 mai, et que le temps presse.

Martine Provost, présidente de L’Association des professeurs de Lignery (CSQ).

«Nous n’aurons pas trop de trois semaines pour nous préparer», affirme Martine Provost, présidente de l’Association des professeurs de Lignery, qui représente plus de 2200 enseignantes et enseignants.

Selon elle, ses membres «ont hâte de retrouver leurs élèves, mais il reste énormément de travail pour s’assurer que ce soit fait en toute sécurité». Rien n’est connu quant à l’équipement de protection, les questions de santé du personnel, l’organisation de l’espace et les horaires.

«À l’heure actuelle, nous avons beaucoup de questions sans réponse et nous souhaitons poursuivre notre travail avec la CSDGS afin que le plan du gouvernement puisse se mettre en place correctement», poursuit-elle.

«Les jours à venir seront cruciaux pour établir, en fonction des directives et avec l’employeur, des protocoles clairs à mettre en place afin de sécuriser tout le personnel enseignant», dit-elle.

Le syndicat veut être consulté et faire partie de la solution.

«C’est primordial, aujourd’hui, de mettre au jeu notre expérience en éducation et de faire entendre la voix des gens qui œuvrent quotidiennement avec les élèves», réclame-t-elle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des