Saint-Constant célèbre de nouveau la musique d’André Mathieu

Saint-Constant célèbre de nouveau la musique d’André Mathieu

Le pianiste Jean-Philippe Sylvestre, qu’on aperçoit sur cette photo prise en 2017 lors de son passage à l’église de Saint-Constant, sera de retour.

Crédit photo : Gracieuseté – Festival classica

Pour une 2e année consécutive, le pianiste Jean-Philippe Sylvestre, accompagné de l’Orchestre métropolitain (OM), sera en prestation à l’église de Saint-Constant dans le cadre d’un second concert dédié à André Mathieu. L’événement aura lieu le 31 mai.

En 2017, l’OM sous la direction de son chef Alain Trudel et en collaboration avec la maison de disque ATMA Classique, avait procédé à un enregistrement public du Concerto de Québec de Mathieu.

«On est dans la continuité à la différence près que cette année on célèbre le 50e anniversaire du décès d’André Mathieu. Il y aura une allocution d’une quinzaine de minutes juste avant le début du concert. On poursuit également l’enregistrement de ses œuvres, toujours avec ATMA Classique. Cependant, l’enregistrement – pour des raisons de logistiques – aura lieu le lendemain du concert sans le public», explique Marc Boucher, directeur général et artistique du Festival classica qui présente cet événement.

«Le Concerto no 4 d’André Mathieu est son œuvre pianistique la plus audacieuse.»

– Marc Boucher, directeur général et artistique du Festival classica

 

Programme

Durant cette soirée, le public pourra entendre le Concerto no 4 d’André Mathieu et la Rhapsodie sur un thème de Paganini de Sergueï Rachmaninov.

«C’est une œuvre plus mature de Mathieu. Il avait cette facilité déconcertante de créer des thèmes musicaux très séduisants. Dans le Concerto de Québec, c’était une évidence. Avec le Concerto no 4, on arrive à une œuvre plus imposante notamment en raison de sa durée de l’œuvre de près de 40 minutes», mentionne M. Boucher.

Le directeur général du festival ajoute qu’André Mathieu fait preuve d’un «romantisme moderne» à travers cette pièce. Un romantisme qui s’apparente à celui de Rachmaninov, d’où le choix de proposer en seconde partie la Rhapsodie sur un thème de Paganini.

«C’est un couplage naturel avec la musique d’André Mathieu dont on dit qu’il a été inspiré par Rachmaninov», ajoute-t-il.

Ce dernier se dit heureux de voir que l’héritage musical d’André Mathieu se retrouve à l’avant-scène depuis quelques années.

«C’est un patrimoine qu’il faut honorer, dit-il. Et c’est ce qu’on fait de belle façon à Saint-Constant, endroit où il a passé ses étés dans la maison familiale située en face de l’église.»

Le concert débute à 19h. Pour se procurer des billets et/ou obtenir de l’information : www.festivalclassica.com.

 

André Mathieu (1929-1968)

Né à Montréal, André Mathieu compose dès l’âge de 4 ans. Boursier du gouvernement du Québec, il se rend à Paris pour étudier le piano. En décembre 1936, son récital à la salle Chopin-Pleyel suscite l’enthousiasme. Il écrit en 1947 un troisième concerto romantique pour piano et orchestre sous le titre de Concerto no 4. Dans les années qui suivent, sa carrière décline. Tout en s’adonnant un peu à l’enseignement, il participe à des «pianothons» qui font l’objet d’une publicité tapageuse. Mathieu, que l’on appelait «le Mozart canadien», meurt dans la pauvreté avant son 40e anniversaire. (Source: site Historica Canada)

Commenter cet article

avatar