Actualités
Affaires

Serge Beaulieu tire sa révérence des Producteurs acéricoles

lundi le 14 février 2022
Modifié à 0 h 00 min le 15 février 2022
Par Mario Pitre

mpitre@gravitemedia.com

Serge Beaulieu est impliqué depuis plus de 30 ans au sein des Producteurs et productrices acéricoles de la Montérégie-Ouest. (Photo Gracieuseté)

Impliqué depuis plus d’une trentaine d’années au sein du syndicat régional des producteurs acéricoles, Serge Beaulieu a fait savoir qu’il ne sollicitera pas de nouveau mandat à cette fonction.

Il en a fait l’annonce lors de l’assemblée générale annuelle des Producteurs et productrices acéricoles de Montérégie-Ouest, qui se tenait le 8 février. Incidemment, le producteur d’Ormstown nous a également confirmé qu’il cessera son implication à la présidence des Producteurs et productrices acéricoles du Québec, poste qu’il occupe depuis 13 ans.

« Je suis rendu là dans mon cheminement, a-t-il confié. Je l’avais déjà fait savoir l’an dernier au régional et je vais faire de même le 25 mai prochain à l’assemblée générale des Producteurs du Québec. »

Le portrait de l’industrie acéricole québécoise s’est passablement modifié au cours de toutes ces années, ce qui a fait en sorte que ce produit bien de chez-nous est maintenant reconnu et vendu à travers le monde. 

« Dans les années 80, la production de sirop d’érable était encore inégale car il n’y avait pas de mesures de contrôle Il y avait une distorsion dans les prix et cette incertitude ne permettait pas aux producteurs d’avoir une capacité d’emprunt et de se développer pleinement », rappelle M. Beaulieu.

L’industrie s’est aussi dotée de mesures de classification et de contrôle de la qualité. « On est beaucoup plus structuré aujourd’hui, autant les producteurs que les transformateurs, qui peuvent compter sur une meilleure sécurité d’approvisionnement grâce aux réserves qu’on possède. »

M. Beaulieu s’est dit fier du travail accompli et a souhaité longue vie au secteur acéricole.

À ses installations d’Ormstown, Serge Beaulieu exploite une érablière de 30 000 entailles conjointement avec son frère, son fils et son neveu. Parallèlement, l’entreprise familiale exploite également une ferme laitière qui compte 110 vaches en lactation et dotée d’un système de robotisation depuis quelques années.