Actualités

Transport en commun : l’achalandage a chuté de 56% en 2020

lundi le 24 mai 2021
Modifié à 9 h 49 min le 26 mai 2021
Par Geneviève Michaud

Dans une année chamboulée par la pandémie de COVID-19, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) a vu ses revenus fondre comme neige au soleil, en raison d’un achalandage en baisse de 56%, selon ce que démontre son rapport annuel 2020. Ainsi, de 111% qu’il était en février 2020 comparativement à l’année précédente, l’achalandage a chuté drastiquement à seulement 15% en avril, en raison des mesures de confinement. S’il a repris petit à petit au cours des mois suivants de 2020, il n’a jamais dépassé les 42% par rapport aux statistiques de 2019. Cette baisse d’achalandage s’est traduite par une diminution de 52% des revenus tarifaires – qui se sont élevés à 447,7 M$ en 2020, soit seulement 46,2% du montant prévu au budget. D’autres sources de revenus ont également subi de fortes baisses, notamment les subventions liées aux opérations et les revenus tirés de la taxe sur l’essence. L’ARTM anticipe ainsi un manque à gagner d’au moins 1,2 G$ pour la période 2020-2022. Ce manque à gagner sera principalement compensé par l’aide consentie par le gouvernement du Québec dans le cadre du Programme d’aide d’urgence au transport collectif de personnes (PAUTC). En 2020, l’aide gouvernementale de 483,7 M$ a ainsi permis à l’ARTM de se maintenir à flot. L’année de tous les défis En 2020, l’ARTM a donc été forcée de réviser son cadre financier en lien avec la baisse d’achalandage; de fixer de nouveaux paramètres pour son offre de services; de mettre au point un plan d’optimisation à l’égard de la baisse d’achalandage; d’assurer une liaison étroite avec les autorités gouvernementales; d’épauler les sociétés de transport dans la mise en place de mesures sanitaires; ainsi que d’innover et de prendre des mesures pour soutenir les usagers. Une part importante des efforts de communication de l’ARTM et des sociétés de transport en 2020 a servi à sensibiliser les usagers aux mesures sanitaires appliquées dans les transports en commun, dont le port du couvre-visage, obligatoire dès le mois de juillet. Par l’entremise des organismes publics de transport en commun (OPTC) et avec l’aide financière du gouvernement du Québec, l’ARTM a ainsi procédé à une distribution gratuite de couvre-visages à grande échelle. Les sociétés de transport ont également mis en place plusieurs autres mesures pour assurer la sécurité des usagers, comme l’augmentation de la fréquence de nettoyage des équipements, l’installation de parois de protection dans les véhicules et le marquage encourageant la distanciation physique, tandis que l’ARTM a innové avec le développement d’un titre Bus – sans contact, permettant l’achat d’un titre en ligne validé par l’usager au moment de monter dans l’autobus, évitant la manipulation d’argent comptant et une transaction en personne. Plus de 75 000 titres ont ainsi été vendus dans les quatre derniers mois de l’année et la mesure a été prolongée jusqu’au 31 juillet 2021. Des dossiers importants L’ARTM se réjouit d’avoir tout de même pu procéder en 2020 à la consultation publique sur son projet de refonte tarifaire puis à son adoption, ainsi qu’au dépôt de son projet de Plan de développement stratégique (PSD). «Nous avons collectivement démontré notre volonté et notre capacité de résister au choc de la pandémie de la COVID-19, tout en faisant progresser des chantiers majeurs qui sont essentiels pour l’avenir de notre collectivité», soutient le président du conseil d’administrateur de l’ARTM Pierre Shedleur. «La pandémie a bousculé nos projets et a demandé une attention de tous les instants, rappelle de son côté le directeur général de l’ARTM Benoît Gendron. Nous avons néanmoins maintenu le cap sur la réalisation de deux importantes consultations publiques sur les projets de refonte tarifaire et de Plan stratégique de développement (PSD) du transport collectif. Nous avons pu observer que, malgré la crise sanitaire, le transport collectif et son développement suscitent toujours un grand intérêt dans la région métropolitaine.»  

Achalandage mensuel sur le réseau de l’ARTM en 2020 par rapport à 2019

  • Janvier : 109%
  • Février : 111%
  • Mars : 58%
  • Avril : 15%
  • Mai : 19%
  • Juin : 32%
  • Juillet : 41%
  • Août : 40%
  • Septembre : 42%
  • Octobre : 33%
  • Novembre : 33%
  • Décembre : 36%
 

L’ARTM en chiffres

  • 4 lignes de métro
  • 6 lignes de train de banlieue
  • Plus de 600 lignes d’autobus
  • 13 terminus métropolitains
  • 12 stationnements incitatifs
  • 11 billetteries métropolitaines
  • 83 municipalités
  • 4000 km2
  • 4 millions d’habitants
  • 8 millions de déplacements quotidiens, dont 1,5 million en transport collectif (avant la pandémie)

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous