Un garçon de trois ans s’enfuit: la propriétaire d’une garderie de Saint-Rémi réplique

Photo de Marc-André Couillard
Par Marc-André Couillard
Un garçon de trois ans s’enfuit: la propriétaire d’une garderie de Saint-Rémi réplique
La garderie La Petite Maternelle accueille 80 enfants, à Saint-Rémi. (Photo : Le Coup d'oeil - Marc-André Couillard)

À la suite de la publication d’un article à propos d’un enfant qui s’est enfui de la garderie La Petite Maternelle, le 27 août, à Saint-Rémi, le conjoint de la propriétaire, David Yu, tenait à rectifier certains faits qui ont été rapportés par des parents.

D’abord, M. Yu insiste sur le fait qu’il n’est pas le propriétaire de la garderie, mais que c’est plutôt sa conjointe, Mei Li.

«C’est vrai qu’un garçon est sorti, nous n’allons jamais le nier, mais il y a aussi beaucoup d’autres histoires qui ne sont jamais arrivées», précise M. Yu, dans une entrevue téléphonique qu’il a accordée au Coup d’œil, en anglais.

Il accuse des employées d’avoir fraudé en déclarant plus d’heures qu’elles auraient réellement travaillées.

«Des employés et des parents d’enfants qui font tous partie d’une même grande famille de Saint-Rémi exagèrent les histoires parce que certaines employées se sont fait prendre à frauder les feuilles de temps», affirme M. Yu.

Sortie de secours

Ce dernier assure que la porte par laquelle l’enfant est sorti n’a jamais été munie d’une alarme, contrairement à ce que le père du garçon affirmait dans l’article du Coup d’oeil.

«Il n’y en a jamais eu, selon le pompier qui inspecte le bâtiment, explique M. Yu. Ce n’était pas obligatoire d’en avoir une, mais nous allons en installer pour éviter toute erreur humaine.»

De plus, selon M. Yu, l’enfant ne serait pas resté dehors plus de trois ou quatre minutes, «juste le temps que ma femme monte les escaliers».

Il précise aussi que les caméras n’enregistrent jamais dans la garderie. Elles ne servent qu’à la directrice, pour qu’elle suive ce qui se passe dans les différents locaux.

Depuis que ma femme est propriétaire de la garderie, nous avons investi beaucoup plus que nous avons gagné.

David Yu

Manque de personnel

M. Yu insiste sur le fait qu’il y a toujours eu une directrice en poste à la garderie. Sa conjointe a été contrainte de prendre certains groupes d’enfants en charge en raison d’un manque de personnel.

«Ça ne faisait qu’un mois que ma femme était sur le plancher et des employées la traitaient comme un chien, dit M. Yu. Il n’y avait aucun respect envers elle. Les filles appellent le matin même pour annoncer qu’elles vont être absentes. C’est toujours comme ça dans les CPE. C’est pour cette raison que ma femme a travaillé sur le plancher. Personne ne veut travailler et c’est impossible de trouver du personnel, même par le biais des agences.»

M. Yu assure que sa conjointe détient une attestation d’études collégiales en éducation à la petite enfance, qu’elle a obtenue au Collège Vanier.

«À la garderie, tout est beaucoup mieux depuis que ma femme a acheté, il y a quatre ans, assure M. Yu. Nous avons augmenté les salaires, qui sont très compétitifs. Nous n’avons perdu aucune éducatrice qualifiée depuis deux ans, aucune.»

Inspection

Du personnel du ministère de la Famille aurait inspecté la garderie, vers le 9 septembre, selon M. Yu.

«Ils nous ont dit que c’était une très belle garderie, en bonne condition, dit-il. Ils nous ont donné des conseils pour notre réouverture.»

La propriétaire a récemment embauché une directrice qui compte près de 20 ans d’expérience, dit M. Yu. Elle compte rouvrir la garderie le 28 septembre. Elle devait rencontrer des parents le 16 septembre. Des affiches indiquant que la garderie embauche du personnel sont aussi accrochées aux fenêtres de l’établissement.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des