Un organisme veut prévenir l’érosion des sols le long de la rivière Saint-Régis

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Un organisme veut prévenir l’érosion des sols le long de la rivière Saint-Régis
L'érosion des sols est apparent lors de la baisse des eaux de la rivière Saint-Régis. (Photo : Gracieuseté)

Des propriétaires riverains à la rivière Saint-Régis à Saint-Constant et Saint-Isidore seront rencontrés au cours des prochaines semaines, afin d’être sensibilisés à la problématique de l’érosion du sol et les risques qui s’y rattachent, fait savoir l’organisme qui chapeaute le projet.

Bien que le secteur de Saint-Constant ne soit pas forcément plus à risque que les autres, son érosion demeure amplifiée par les activités humaines, souligne la Société de conservation et d’aménagement des bassins versants de la Zone Châteauguay (SCABRIC). Celle-ci n’est pas en mesure de préciser le nombre exact de résidents qui seront rencontrés.

D’après Vanessa Charbonneau, biologiste et chargée de projets en environnement à la SCABRIC, «l’imperméabilisation des sols, l’eau de ruissellement et les bandes riveraines non adéquates qui n’ont pas suffisamment de végétation» sont à l’origine de l’érosion qui endommage actuellement les terrains riverains. Des travaux de redressement de la rivière datant des 1950 ont aussi «changé le parcours naturel de l’eau, de sorte que les rives n’étaient pas adaptées pour recevoir un cours d’eau d’une telle vitesse», ajoute-t-elle.

Partenaire, la MRC de Roussillon se dit fière de s’associer au projet «qui s’inscrit dans la foulée de l’atteinte des objectifs de son Plan de développement de la zone agricole en matière de protection des bandes riveraines et de valorisation du travail des producteurs à cet effet».

Travaux d’urgence

La SCABRIC et deux autres organismes ont entamé des travaux d’urgence ce mois-ci auprès d’un propriétaire dont la rive s’érode chaque année sur un tronçon de 120 mètres et une profondeur de 60 centimètres, informent-ils. Ils consistent en adoucir la pente, ajouter de la végétation et procéder à de l’enrochement.

«Il n’est pas obligatoire d’utiliser cette dernière technique dans les travaux de stabilisation de berge, puisque la végétation est toujours à favoriser», nuance Mme Charbonneau.

«Toutefois, poursuit-elle, dans le cas de la rivière Saint-Régis à Saint-Constant, l’érosion est si importante et la rivière tellement sinueuse que l’enrochement est la méthode la plus efficace pour stopper rapidement l’érosion avant que les infrastructures routières soient impactées.»

Des gestes pour prévenir les risques d’érosion

-Laisser la rive libre, soit aucun entreposage, aucun travail et aucune construction à moins de 15 m de la rivière;

-Enlever tous poids lourds en bordure de la rive;

-S’assurer d’avoir une végétation suffisamment abondante pour que les racines puissent retenir le sol;

-Favoriser l’infiltration de l’eau là où elle tombe pour éviter qu’elle ruisselle jusqu’à la rivière;

-Surveiller la rive le long du terrain pour repérer une fissure, un renflement, un éboulement ou un écoulement inhabituel d’eau;

-Contacter sa municipalité ou l’organisme de bassin versant de sa région en cas de question.

(Source: SCABRIC)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Sainte-Catherine reçoit 1 M $ pour stopper l’érosion des berges de la Saint-Régis - Le Reflet
1 mois

[…] À lire aussi: Un organisme veut prévenir l’érosion des sols le long de la rivière Saint-Régis […]