Une auteure de La Prairie remporte un prix littéraire

Photo de David Penven
Par David Penven
Une auteure de La Prairie remporte un prix littéraire

Geneviève Blouin n’y croyait pas lorsqu’elle a appris la nouvelle au début de novembre. Elle a remporté l’une des deux bourses de 10 000$ octroyées dans le cadre des Prix littéraires Canada-Japon du Conseil des arts du Canada avec le 3e tome de sa trilogie jeunesse « Hanaken – Le sang des samouraïs ».

«C’est un beau rêve qui se réalise. J’ai une formation en histoire et cela m’a aidée pour Hanaken, car il a fallu que je fasse beaucoup de recherches», explique la Laprairienne.

Elle se dit d’autant plus fière dans la mesure où elle ne se sentait pas «de taille» à remporter cet honneur en raison de la feuille de route des lauréats précédents.

«Les gagnants avaient de la famille japonaise ou avaient séjourné au Japon. Je n’ai jamais pu m’y rendre faute de moyens», a-t-elle déclaré.

«Ce prix signifie que mon travail d’historienne a été fait avec rigueur», poursuit-elle. 

Mme Blouin ne compte pas se rendre au pays du soleil levant avec sa bourse. Pragmatique, elle rappelle que ce montant correspond à ce qu’elle gagne en une année en tant qu’écrivaine.

«Est-ce que je vais aller au Japon ou plutôt en profiter pour écrire pendant un an? Je crois que je vais plutôt choisir l’écriture», déclare l’auteure de 34 ans.

«Pour l’instant, on vit plutôt avec le salaire de mon conjoint», ajoute la mère d’une petite fille.

Pas de deuil

L’écrivaine affirme ne pas éprouver de peine avec la sortie, cette année, du dernier volet d’Hanaken qui clôt la série. Cette aventure littéraire aura duré cinq ans.

«<Hanaken était une façon pour moi de faire vivre de l’intérieur ce que c’était d’être un samouraï et aussi de faire connaître le Japon. Les personnages, qui sont deux enfants de samouraïs, ont vieilli avec les livres. J’avais fait le tour de ce que je voulais raconter avec eux. Les samouraïs ont commencé à me sortir par les oreilles à la fin du 3e tome», confie-t-elle avec humour.

Pour ces prochains projets d’écriture, Geneviève Blouin planche sur deux sujets. Le premier concerne une histoire policière pour adultes où l’action se déroule à Montréal.

«Un des personnages est une immigrante japonaise», confie-t-elle.

Quant au second sujet, elle abordera le thème de la perte de ses parents quand on a dans la vingtaine. Ce roman s’adressera aux jeunes adultes.

D’ici là, Geneviève Blouin, a hâte de recevoir son prix, soit en décembre ou janvier, la date n’étant pas fixée à l’ambassade du Japon à Ottawa.

Présente au Salon du livre

L’auteure sera en séances de dédicaces au Salon du livre de Montréal, le vendredi 18 novembre, de 12h à 14h, et le samedi 19 novembre, de 17h à 19h30, au stand 146 des Éditions du Phoenix.

 

Prix littéraires Canada-Japon

Les Prix littéraires Canada-Japon constituent une reconnaissance de l’excellence littéraire d’écrivains canadiens qui écrivent sur le Japon, sur des thèmes japonais ou sur des thèmes favorisant la compréhension mutuelle entre le Japon et le Canada. Deux prix d’une valeur de 10 000$ chacun peuvent être décernés, un pour un ouvrage de langue française et un autre de langue anglaise. (Source : Conseil des arts du Canada)

 

À propos de la trilogie Hanaken

La trilogie met en scène deux adolescents de la famille Hanaken, Satô et Yukié. À la suite du décès de leurs parents, ils sont forcés de se tailler une place dans le monde des adultes. Dans ce Japon des samouraïs, ils devront déjouer les machinations, survivre à la guerre et racheter l’honneur de leur famille. La lignée du sabre, L’ombre du daimyô et Le sang des samouraïs composent les trois titres de cette histoire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des