Une auteure écrit un roman devant le public

Par Vicky Girard
Une auteure écrit un roman devant le public
Geneviève Blouin entourée de Christian Ouellette, préfet suppléant de la MRC Roussillon et maire de Delson (à gauche), et Julie Poulin, coordonnatrice culture et patrimoine de la MRC. (Photo : Gracieuseté)

Grâce à une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), l’auteure Geneviève Blouin s’est associée à la bibliothèque Léo-Lecavalier à La Prairie afin d’y réaliser un projet d’écriture devant une audience.

Mme Blouin confie qu’elle voulait vivre cette expérience depuis longtemps.

«Il y a des années, lors du premier atelier d’écriture auquel j’ai assisté, l’animatrice et écrivaine Élisabeth Vonarburg s’était mise à retravailler mes phrases en direct sur un écran projecteur pour me montrer sa manière de réfléchir à un texte», raconte l’auteure.

Elle précise que ce moment a «provoqué un déclic» en elle. Puis, Mme Blouin a voulu aller plus loin en rédigeant des extraits de roman devant public «pour permettre [à l’audience] de découvrir l’écriture à l’œuvre».

Mme Blouin considère que cette façon d’écrire lui permettra de secouer ses habitudes.

«C’est surtout un acte de médiation culturelle et de démystification du travail de création.»

-Geneviève Blouin

Bourse

L’auteure a elle-même soumis sa demande de bourse au programme d’entente régionale du CALQ. Un montant de 8 000$ lui a été remis pour la réalisation de son projet. Elle devait trouver un partenaire local. Elle a donc approché la bibliothèque de La Prairie, où elle demeure pour y faire une résidence. La bibliothèque Léo-Lecavalier lui prête ainsi des locaux et du matériel pour les séances d’écriture et des ateliers. Elle est aussi appuyée par la MRC Roussillon.

Deuil

Le roman de Mme Blouin porte sur le thème du deuil ainsi que des transitions et transformations qu’il provoque. Il n’a présentement aucun titre, mais l’auteure a en tête de le nommer La mort de Maman Ourse.

«J’ai décidé d’explorer cette thématique, car la perte d’un parent est une réalité avec laquelle j’ai dû composer tôt dans ma vie, explique-t-elle. Je crois que j’avais besoin de la projeter dans la fiction, de la faire vivre à un personnage pour mieux la comprendre.»

En effectuant ses recherches, l’auteure dit avoir découvert que tout le monde doit composer avec des deuils, petits ou grands. Elle cite en exemple que «des gens sortent de nos existences, des amours se terminent et le temps nous dérobe certains rêves».

Mme Blouin affirme que malgré son sujet, elle tente d’écrire un livre lumineux et encourageant, «une ode à la résilience et à l’amitié».

Le livre prendra la forme d’un roman mosaïque, soit une histoire qui n’est pas chronologique.

«Mon récit sera composé de courtes scènes, certaines racontant le présent, d’autres le passé des divers personnages. Il s’agira donc d’un récit éclater, fragmentaire, mais dont l’ensemble formera un tout cohérent», décrit Mme Blouin.

Rédaction devant public et ateliers

Les séances de rédaction devant une audience ont débuté le 8 octobre. Geneviève Blouin laisse savoir que l’exercice a créé une belle dynamique de création. Elle sera présente à la bibliothèque Léo-Lecavalier tous les mardis d’octobre, de 12h30 à 14h30, les samedis de novembre et le 7 décembre, de 10h à 12h. L’auteure offrira des ateliers d’écriture pour adultes et d’autres pour adolescents en janvier. Plus de détails au sujet des inscriptions seront disponibles auprès de la Ville de La Prairie.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des