Une résidence pour aînés à La Prairie salue la générosité de la communauté

Par Vicky Girard
Une résidence pour aînés à La Prairie salue la générosité de la communauté
La Résidence la belle époque est une résidence privée pour aînés dans le Vieux-La Prairie (Photo : Le Reflet - Erick Rivest)

La résidence pour aînés La belle époque à La Prairie dit avoir été «happée» par la générosité des citoyens en décembre, après avoir connu un mois de novembre éprouvant, marqué par une éclosion de COVID-19. Moins d’un mois après cet élan de solidarité, elle tient à saluer des gestes de la communauté.

Le temps des Fêtes a été plus que joyeux pour le personnel et les résidents de l’établissement.

«On peut dire que notre communauté est généreuse, car des individus, des écoles, des organisations et des particuliers ont frappé à notre porte pour offrir de l’amour, de la joie et de la solidarité à nos chers aînés», souligne Jessica Lambert-Fandal, directrice des communications et du marketing au groupe La belle époque.

Une prestation musicale offerte par le Chœur de La Prairie au début du mois de décembre, des cartes confectionnées par des élèves des écoles primaires Notre-Dame et St-Joseph, ainsi que des cadeaux de Noël et des paniers cadeaux à faire tirer d’entreprises comme le Marché Métro Cardinal à Sainte-Catherine et la pharmacie Brunet à Chambly ont égayé les Fêtes des résidents.

Un citoyen a également lancé le mouvement «On pense à vous» en offrant des boîtes repas traditionnels de Noël à des personnes vivant seules, dont plusieurs à La belle époque.

«Vent de fraîcheur»

Le nouveau directeur général, Hervé Kouemeni Tongambou, a fait son arrivée peu avant l’éclosion de COVID-19 en novembre. Il a été touché par l’élan de solidarité.

«Ces gestes d’amour ont fait du bien aux résidents et à leurs familles. Malgré cette période difficile, ils ont ressenti le soutien de la population», témoigne-t-il.

Ce dernier accroît maintenant les actions pour favoriser le respect des règles en cours.

La vaccination a également été effectuée à l’établissement en janvier. Les deux derniers mois ont été, pour La belle époque, un beau vent de fraîcheur empreint de positif, partage également Mme Lambert-Fandal.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires