VIDÉOS – Un couple confiné se marie à sa résidence

Par Vicky Girard
VIDÉOS – Un couple confiné se marie à sa résidence
La COVID-19 n’a pas eu raison du mariage qu’avaient prévu Lise Dubé et Nick Dilallo. (Photo : Gracieuseté)

Lise Dubé et Nick Dilallo étaient décidés à s’unir même si leurs plans de mariage ont été bousculés par la pandémie. Ils sont parvenus à leur but grâce à leur détermination. Les cloches ont sonné discrètement le 25 avril, lors d’une cérémonie intime dans le respect des consignes gouvernementales, à la résidence pour retraités Chartwell Le Montcalm à Candiac où ils demeurent.

«Notre lune de miel s’est passée sur le balcon plutôt qu’au Mexique!»

-Lise Dubé

«On est chanceux d’avoir pu vivre ce moment alors que tous les mariages dans le monde sont reportés. On se souviendra plus de ce moment heureux que de la quarantaine pendant la COVID-19», conviennent les tourtereaux dans la soixantaine.

Le directeur de l’établissement, René-François Daviau, témoigne du bonheur qui régnait ce jour-là.

«Je vais m’en rappeler toute ma vie, dit-il. En plus, signe du destin, ç’a été une des plus belles journées du printemps côté météo. Les émotions étaient vraiment au rendez-vous.»

Il explique que le défi était d’organiser l’événement sans engendrer de rassemblement. Deux témoins et un célébrant seulement ont été autorisés, soit le frère et la nièce de la mariée. Le mariage a pu avoir lieu dans la cour de la résidence.

«Mon frère trouvait cela difficile de ne pas pouvoir serrer sa petite sœur dans ses bras après presque trois mois sans la voir», partage Mme Dubé.
D’autres proches du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario étaient présents virtuellement par Skype. Le chien du couple, Oscar, s’est chargé de porter les anneaux, vêtu d’un tuxedo.

«M. Dilalo a insisté et m’a convaincu de trouver des solutions», ajoute M. Daviau le sourire aux lèvres.

Le marié renchérit en admettant qu’il «n’a pas lâché le directeur».

«Tu sais comment sont les Italiens!» blague-t-il.

Le couple a su seulement quelques jours avant que son mariage pouvait avoir lieu.

Réorganisation

Une salle était louée à la résidence, une trentaine d’invités avaient confirmé leur présence, un DJ était réservé et tout était prêt pour un mariage auquel les fiancés tenaient. Les préparations étaient en branle depuis un an. Les bonbonnières étaient fabriquées et des cartes confectionnées pour les invités avec la date des noces – prévues le 25 avril depuis le début – avaient été envoyées.

«Jour après jour le mois précédant la date, on constatait que nos plans tombaient à l’eau et nous avions le cœur brisé» confie Mme Dubé qui est en couple depuis trois ans avec M. Dilallo.

Ce dernier laisse savoir qu’il a perdu au moins 1 000$, mais que des arrangements ont été possibles. Le DJ, par exemple, gardera son dépôt pour une célébration familiale qui pourra avoir lieu quand la situation le permettra. Leur voyage au Mexique prévu après le mariage a été annulé. Heureusement, le couple considère être en lune de miel «tous les jours».

«On va faire une grosse cérémonie officielle quand on va le pouvoir, c’est certain! Le prêtre nous a déjà dit qu’il allait revenir» se réjouit la nouvelle mariée.

Son mari ajoute que «même si la famille directe ne pouvait pas être là, notre famille Chartwell y était. L’important, c’est qu’on est mariés maintenant».

Les résidents qui n’étaient pas au courant que le mariage aurait lieu ont pu les y assister. Environ 75 étaient sortis sur leur balcon.

Des membres du personnel se sont occupés de la nourriture, des décorations et de la musique. Repas et champagne ont ensuite été servis aux nouveaux mariés.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des