Une voiture de métro pour Exporail

Une voiture de métro pour Exporail

Sur cette photo d’archives, on retrouve le maire de Montréal, Jean Drapeau (2e personne à gauche), le président du comité exécutif de Montréal, Lucien Saulnier, le cardinal Paul-Émile Léger et le président de la Commission de transport de Montréal, Lucien L’Allier.

Crédit photo : Gracieuseté – Archives de la Ville de Montréal

Le musée ferroviaire Exporail à Saint-Constant/Delson héritera d’une voiture de métro avec cabine de pilotage.

Il s’agit d’une des voitures de métro MR-63 que la Société de transport de Montréal (STM) retirent progressivement de son réseau pour les remplacer par les nouveaux trains Azur.

«C’est l’une des trois voitures qui ont été présentées [aux médias] dans les ateliers de la Canadian Vickers, de la rue Notre-Dame à Montréal, le 24 août 1965. Le véhicule portait alors le no 81-1502. Ce dévoilement a eu lieu un an avant l’inauguration du métro», déclare Benoît Clairoux, conseiller aux affaires publiques à la STM.

Celle-ci a reçu à bord l’ex-maire de Montréal, Jean Drapeau, et le cardinal Paul-Émile Léger, lors de son dévoilement.

«On a choisi ce véhicule en raison de son histoire sociale et économique plutôt que technologique.»

– Bruno Cordellier, responsable des communications à Exporail

Pour l’anecdote, les dignitaires auraient dû normalement se trouver dans la 81-1501, la toute première voiture construite pour le métro. Cependant, pour des questions de prise de photos, ils sont montés à bord de la 81-1502.

Le porte-parole de la STM se dit fier que cette voiture se retrouve chez Exporail. Il a souligné la bonne collaboration entre les deux organismes.

«On aime beaucoup le musée Exporail. On a déjà collaboré avec eux. Historiquement, de vieux tramways ont été remis par la Commission de transport de Montréal [ancêtre de la STM], dans les années 1950-1960», mentionne M. Clairoux.

 

Don

C’est le musée Exporail qui a demandé à la STM d’obtenir cette voiture de métro. Le fait que des personnalités d’alors y sont montées confère à l’engin une plus-value.

«L’ensemble de nos wagons et locomotives exposés au musée sont liés à des moments précis de l’histoire», souligne Bruno Cordellier, responsable des communications à Exporail.

Puisqu’il s’agit d’un don, le musée n’aura rien à débourser pour l’acquisition de la voiture ni pour son transport vers Saint-Constant.

«Le seul coût pour nous que ça va représenter, c’est la préparation de la voie ferrée pour la recevoir. Elle va sans doute se retrouver dans le pavillon Angus du musée. Il n’y aura pas de travaux à faire sur cette voiture. Elle va arriver – d’ici la fin de l’année – en excellente condition. Toutefois, on ne pourra la ramener à son aménagement de 1966, puisqu’elle a été rénovée depuis», précise M. Cordellier.

Dans les faits, la STM ne peut légalement donner ses biens.

«Mais il va de soi que le montant demandé au musée – pour la MR-63 – sera symbolique», assure M. Clairoux.

 

Elle roule encore

La voiture tant convoitée par Exporail est encore en service et transporte son lot de passagers. Elle a accumulé plus de quatre millions de kilomètres depuis l’ouverture du métro.

«Elle va être retirée cet été et on va s’en occuper afin qu’elle soit en excellent état. C’est la première fois que le musée va recevoir une voiture de métro sur pneumatiques; une technologie qui fait la renommée et la particularité de notre métro», note Benoît Clairoux.

Selon ce dernier, près des deux tiers des MR-63 ont été remplacés jusqu’à maintenant par les voitures Azur. Les quelque 336 MR-63 sont destinés à la ferraille aux fins de recyclage. Cependant, de ce nombre, certains pourraient connaître une seconde vie, mais pas comme véhicule de déplacement. La STM a lancé un appel d’offres à cet effet, au printemps 2016. Sept projets finalistes ont été retenus sur la trentaine acheminés. Parmi ceux-ci, une des voitures pourrait être transformée en un café et lieu de travail à l’École Polytechnique de Montréal.

«Ce n’est pas n’importe qui qui peut se porter acquéreur d’une ancienne voiture MR-63, a indiqué M. Clairoux. On ne veut pas que nos MR-63 se retrouvent le long des routes en stand de patates frites en train de rouiller.»

Des voitures MR-63 circulent encore sur le réseau STM. Leur remplacement par des trains Azur se poursuit.

MR-63, un design québécois

Benoît Clairoux a rappelé que les MR-63 étaient les premières voiture de métro dessinées au Canada. «C’est important dans l’histoire du design d’ici», mentionne-t-il.

Quant à la signification de MR-63, il s’agit de l’abréviation de «matériel roulant de 1963». C’est l’inscription qui figurait sur l’appel d’offres en vue de sa réalisation.

Commenter cet article

avatar