La renaissance d’une ex-victime de violence conjugale

La renaissance d’une ex-victime de violence conjugale

Nathalie Trottier a dû se rebâtir après avoir subi pendant 25 ans de la violence conjugale.

Crédit photo : Le Reflet – Denis Germain

Nathalie Trottier est venue au monde une deuxième fois lorsqu’elle a dû apprendre à se reconstruire. Pour y arriver, elle a dû se départir de ce sentiment de culpabilité bien ancré à la suite d’épisodes répétitifs de violence conjugale pendant 25 ans. La résidente de La Prairie n’hésite pas à parler d’une véritable «renaissance».

Elle doit ce nouveau départ à la Maison d’hébergement L’Égide – 2e étape, à La Prairie, en 2012.

«Je suis restée 10 mois à L’Égide. Je n’avais plus rien. Émotionnellement, j’avais besoin d’aide. J’ai pu me rebâtir mentalement et physiquement. J’en suis ressortie plus forte», déclare-t-elle.

C’est à l’adolescence que son couple s’est formé. La violence de la part de son ex-conjoint a commencé de manière «insidieuse» et sous diverses formes. Elle pouvait être verbale, psychologique et physique. Dans ce dernier cas, il n’a jamais posé aucun geste devant leurs trois enfants.

«Je n’avais plus d’estime pour moi, affirme Mme Trottier. Je n’arrivais plus à faire des choix. J’étais détruite à petit feu. Si je disais blanc, il disait noir. Si je disais noir, il disait blanc. J’avais l’impression de devenir folle.»

«On ne reste pas avec un conjoint violent parce qu’on est faible, mais parce qu’on est des guerrières qui endurons.»

– Nathalie Trottier, ex-victime de violence conjugale

Un sentiment de honte et de culpabilité l’a habitée. Elle a camouflé les traces des coups reçus.

«Lorsque j’avais des marques sur mon cou parce qu’il m’avait pogné par la gorge, je mettais un foulard pour les cacher. Sur les bras, je mettais des manches longues», explique-t-elle.

 

Le cycle de la violence

Pourquoi avoir attendu tant d’années pour quitter son conjoint? C’est une question qui revient souvent lorsque Nathalie Trottier prononce des conférences sur le sujet.

«Je ne savais pas où aller. À 20 ans, j’ignorais que des ressources comme L’Égide existaient. J’avais peur pour ma vie, car il me faisait des menaces de mort. Je travaillais avec lui, car nous avions une compagnie. Si je partais, je me retrouvais sans travail, sans revenu», relate la résidente de La Prairie.

De plus, elle croyait chaque fois qu’il allait changer.

«Après la violence arrivent l’accalmie et la lune de miel. Il va s’excuser, pleurer, jurer qu’il ne recommencera plus, qu’il va changer, dit-elle. Et toi, tu veux y croire. Il y a des bons moments. C’est aussi un bon père. Quelqu’un qui paraît bien, qui est prêt à rendre service. J’ai été aussi dans le déni pendant des années», raconte-t-elle.

Elle indique qu’il est difficile pour quelqu’un n’ayant jamais subi de violence conjugale de comprendre ce que peut vivre la personne concernée.

«On finit par avoir le cerveau lavé comme un individu qui suit un gourou», laisse-t-elle tomber.

Mme Trottier dit avoir communiqué une seule fois avec la police en 25 ans. Si les violences physiques ont cessé après son appel, celles psychologiques ont été plus nombreuses.

«Les violences psychologiques sont plus destructrices. Elles nous amènent à vouloir mourir.»

 

Refaire sa vie

Avant de quitter définitivement son conjoint, Nathalie Trottier s’est réfugiée à huit reprises dans des centres d’hébergement d’urgence.

«Mais à un moment, il faut trouver en soi la force pour aller chercher de l’aide pour s’en sortir», dit-elle.

Aujourd’hui, elle a refait sa vie et fréquente un nouvel homme depuis deux ans. Elle laisse aussi parler l’artiste en elle en tant que peintre. À l’automne, ses œuvres étaient en montre à la bibliothèque Georges-Dor à Longueuil dans le cadre de son exposition intitulée Renaissance de mon essence.

 

Une clientèle plus jeune

Kimberley Plante s’est investie dans L’Égide dès l’ouverture de l’organisme en 2000. De bénévole à intervenante, elle a gravi les échelons jusqu’au poste de directrice. Au fil du temps, elle a remarqué un changement dans la clientèle de la maison d’hébergement située à La Prairie pour femmes victimes de violence conjugale.

«On retrouve tous les groupes d’âge, mais je dirais depuis cinq ans se sont davantage de femmes dans la vingtaine que nous hébergeons», observe-t-elle.

«Malgré le sentiment profond de honte encore très présent aujourd’hui chez les femmes victimes de violence, celles-ci se présentent en maison d’hébergement plus rapidement.  Cela est dû probablement au fait que les maisons sont plus connues qu’autrefois. Malheureusement, la honte est toujours présente», note-t-elle.

À gauche, Kimberley Plante, directrice de la Maison d’hébergement L’Égide en compagnie de Nathalie Trottier. Cette dernière a bénéficié en tant que victime de violence conjugale des services de L’Égide.

 

L’Égide peut accueillir jusqu’à sept familles, avec ou sans enfants, pour un maximum d’un an. Dans ces logements meublés et sécurisés, les femmes bénéficient de l’apport des divers intervenants, ainsi que de ressources extérieures. Parmi les services offerts, on retrouve l’accompagnement à la cour ou chez l’avocat, ainsi que le soutien téléphonique.

La Maison d’hébergement L’Égide (2e étape), de son nom complet, ne constitue pas la première ligne pour les femmes victimes de violence.

«Elles vont d’abord trouver refuge dans des maisons d’urgence où elles seront logées jusqu’à un maximum de trois mois. Elles y ont leur chambre, mais elles partagent des lieux communs, comme la cuisine. Par la suite, elles sont référées dans les maisons de 2e étape comme la nôtre», poursuite Mme Plante.

Le coût du logement à L’Égide correspond à 25 % à 30 % de revenu de base mensuel de la locataire. L’endroit bénéficie de subventions du gouvernement, mais doit compter sur les dons et des activités d’autofinancement pour boucler son budget.

Les femmes victimes violence conjugale qui désirent connaître les ressources à leurs dispositions peuvent communiquer en tout temps avec SOS violence conjugale au 1 800 363-9010.

 

La violence conjugale au Québec en chiffres

18 746 : Nombre d’infractions rapportées par l’ensemble des services de police du Québec commises contre la personne dans un contexte conjugal.

78 % : Pourcentage de femmes victimes de cette violence. Concernant les enlèvements et homicides, elles représentent 100 % des victimes.

11 : Nombre d’homicides reliés à la violence conjugale.

30 : Tentatives de meurtre

Entre 30-39 ans : Principal groupe d’âge victime de violence (30,4 %). Les 18-24 ans représentent 21,5 %.

(Source: Statistique 2014 sur les infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal, ministère de la Sécurité publique Québec 2016.)