Accusé de contacts sexuels, un professeur de Candiac connaîtra son sort en mars

Par Geneviève Michaud
Accusé de contacts sexuels, un professeur de Candiac connaîtra son sort en mars
Dominic Lorion (Photo : Gracieuseté - Régie intermunicipale de police Roussillon)

Ayant plaidé coupable à des accusations de contacts sexuels en position d’autorité, d’incitation et de leurre, le Candiacois Dominic Lorion, qui a été professeur d’art dramatique à l’école secondaire Louis-Philippe-Paré à Châteauguay en 2017-2018, recevra sa sentence le 31 mars.

Devant le juge Marc Bisson, le 12 février, au palais de justice de Longueuil, Lorion a répété à plusieurs reprises qu’il regrettait les gestes qu’il a posés.

Face à ces regrets, l’avocate de Lorion suggère une peine de 6 mois de détention. La procureure aux poursuites criminelles et pénales réclame quant à elle une sentence de 18 mois de prison, en raison entre autres des conséquences que ses gestes ont eu sur les victimes.

L’homme qui a aujourd’hui 26 ans avait été arrêté une première fois en novembre 2018 par la Régie intermunicipale de police Roussillon, puis à nouveau en mai 2019 par la Sûreté du Québec.

Les gestes qui sont reprochés à Lorion, qui a également été à l’emploi de la Commission scolaire Marie-Victorin d’août à septembre 2018, auraient été commis entre janvier et septembre 2018, entre autres à Saint-Constant et à Candiac.

Selon ce que rapporte TVA Nouvelles, l’homme utilisait les applications Messenger et Snapchat pour avoir des conversations privées avec des élèves de 16 et 17 ans. En mai 2018, il aurait ainsi réussi à convaincre une adolescente de passer la nuit chez lui et en aurait profité pour lui faire des attouchements. L’homme aurait par la suite tenté le même stratagème avec deux autres jeunes filles, sans succès.

Avec la collaboration d’Audrey Leduc-Brodeur et de Philippe Lanoix-Meunier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires