Opinion

Billet d'humeur : Sans rancune

dimanche le 23 mai 2021
Modifié à 9 h 51 min le 26 mai 2021
Par Hélène Gingras

Depositphotos

Êtes-vous rancunier? Il y a quelques semaines, j’ai eu un appel d’un lecteur. Que je connais depuis longtemps. Qui voulait suggérer un article au Reflet. Comme on se connaît, il s’est adressé à moi plutôt qu’à la chef de contenu. À un moment vers la fin de notre conversation, il m’a dit qu’il me respectait. Je n’ai pas bronché. Je me suis contentée de le remercier poliment. Mais j’ai souri intérieurement. Parce qu’il n’en a pas toujours été ainsi entre lui et moi. En raison de certains articles que j’ai écrits, il m’en a beaucoup voulu à une certaine époque. Publiquement. Sur un de ses chevaux de bataille. J’ai été son bouc émissaire. L’objet de médisances. Remarquez que c’est le propre des gens passionnés de mal faire la part des choses. De s’en prendre à tous ceux qui ne semblent pas de leur avis. Je me souviens du malaise que j’avais à cette époque à me retrouver en sa présence pour travailler. De lui et des autres sympathisants à sa cause. Tant je me sentais traquée sans raison. Alors que je ne faisais que rapporter les faits de part et d’autre. J’en ai déjà mal dormi. Pleuré aussi. Mais il ne l’a jamais su. J’aurais pu lui en tenir rigueur. Refuser de couvrir ses activités. Mais c’est mal connaître mon sens du devoir. De l’objectivité. Si je suis fière, c’est bien de n’avoir jamais laissé mes émotions teinter mon travail.
«Mieux vaut d’anciennes dettes que de vieilles rancunes.» -Proverbe irlandais
Un autre événement survenu récemment dans ma vie personnelle est venu me confirmer à quel point je ne suis pas rancunière. Que même si je bouille de colère et que j’échafaude pendant ce temps des plans pour me faire justice face à quelqu’un, ils ne tiennent plus au bout de quelques nuits. Une personne m’a attaqué verbalement sans raison. Tellement que j’en ai pété les plombs à mon tour. Moi qui ne crie jamais. Ça m’a allumée solide pendant plusieurs jours. Jusqu’à ce que je me surprenne à prendre presque sa défense lors d’une conversation. Certaines personnes qui ne sont pas rancunières se justifient en disant que de nourrir de l’hostilité envers quelqu’un en particulier est malsain. Parce qu’elles finiraient par s’en rendre malade. Pour ma part, je ne peux même pas dire que c’est volontaire ni même conscient de ne pas garder de souvenir d’une offense. Je suis faite ainsi. C’est tout.  

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous