Blâme du Barreau : le maire Routhier veut porter la cause en appel

Par Patricia Blackburn
Blâme du Barreau : le maire Routhier veut porter la cause en appel
(Photo : Le Soleil de Châteauguay-Patricia Blackburn)

Insatisfait du jugement porté à son égard par le Conseil de discipline du Barreau du Québec concernant son rôle d’avocat dans le dossier de conseiller Mike Gendron, le maire de Châteauguay, Pierre-Paul Routhier, souhaite porter la cause en appel.
Selon lui, le jugement est contestable sur la notion de « représentativité ».
« On m’attribue le rôle de représentant de Mike Gendron. La conclusion est basée sur ça. Si on part de ça (que j’en étais le représentant), la décision est correcte. Sauf que ce n’est pas ça. Je ne le représentais plus. Et je n’ai jamais fait de pression sur l’un ou l’autre des avocats des deux parties, soit sur Me Poupart (qui représentait la Ville de Châteauguay) ou sur Me Goulet (qui représentant Mike Gendron). Au contraire, en tant que maire, j’ai tout fait pour être complètement en dehors de ce dossier, qui était entre les mains du directeur général » a-t-il confié dans une entrevue accordée au Journal, le 13 décembre.
Situation inusitée
Le maire reconnait toutefois la particularité de la situation dans laquelle il se trouvait après son élection à la tête de la Ville. Situation qu’il a lui-même qualifiée «d’inusitée».
Il se demande toutefois quelles options s’offraient à lui pour éviter qu’il y ait «apparence de conflit d’intérêts», comme le lui reproche le jugement de Conseil de discipline.
« Ce que je vois (après lecture du jugement), c’est que la seule option était de démissionner du Barreau du Québec. Mais, ce n’est pas sérieux, je ne voulais pas. »
Quant à savoir si le dossier de M. Gendron aurait pu être transféré à un autre bureau d’avocats, plutôt que d’être repris par son associée de cabinet, M. Routhier répond que le choix d’un avocat « est un droit constitutionnel ».
« Me Goulet s’occupait déjà d’autres dossiers d’entreprise pour M. Gendron. S’il a choisi Me Goulet pour reprendre son dossier, je ne peux pas l’en empêcher » a-t-il répondu.
Quant à « l’apparence de conflit d’intérêts » que cette situation a pu générer aux yeux des citoyens de la Ville qu’il dirige, M. Routhier reconnait qu’il était «tout à fait correct de se poser la question».
« Mais avant de dire qu’il y en a un (conflit d’intérêts), les citoyens doivent aussi s’informer sur les détails de cette situation. C’est là que la notion de représentativité dans le dossier de Mike Gendron devient importante. C’est ce à quoi vont devoir répondre les juges de la Cour du Québec » a-t-il fait savoir.
« Je ne le fais pas juste pour moi (porter la cause en appel) », ajoute-t-il. « Je le fais aussi pour d’autres avocats qui pourraient se retrouver dans une situation similaire. »
M. Routhier a assuré qu’il assumera lui-même les frais liés à ce procès. Il songe confier sa défense à un avocat.
 
À LIRE AUSSI SUR LE MÊME SUJET: 

Le maire de Châteauguay blâmé par le Conseil de discipline du Barreau

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des