Delson et Saint-Constant exigent des comptes du Canadien Pacifique

Delson et Saint-Constant exigent des comptes du Canadien Pacifique

Des employés du Canadien Pacifique à l'oeuvre pour relever les wagons renversés.

Crédit photo : Le Reflet - Erick Rivest

Les Ville de Delson et Saint-Constant veulent connaître le bilan de l’état des voies et des équipements de transport ferroviaires, ainsi que les matières dangereuses transportées sur les rails du Canadien Pacifique. Elles veulent aussi savoir quelles mesures de sécurité sont en place.

Leurs demandes font suite au déraillement de cinq wagons, le 9 juillet.

Les Villes souhaitent la mise en place d’un processus formel afin qu’on leur partage l’information et les données quotidienne sur la dangerosité de ce qui passe sur les rails. Actuellement, elles ne sont pas informées.

«Il serait ainsi possible d’identifier des règles claires quant aux normes d’entretien des emprises ferroviaires impliquant le transport de personnes et de matières dangereuses en transit sur notre territoire», est-il écrit dans un communiqué conjoint.

«Nous n’attendrons pas le résultat de l’enquête pour s’assurer de la sécurité des citoyens et de l’environnement aux abords du chemin de fer».

-Extrait du communiqué de presse conjoint

Elles veulent aussi que les règles de sécurité soient revues à la hausse lorsque le trafic est supérieur à cinq trains par jour à des vitesse de plus de 50km/h.

Pour le maire de Delson, cet accident ferroviaire est «extrêmement préoccupant» étant donné que la voie ferrée passe près des secteurs résidentiels. Il n’est pas non plus sans faire penser à la tragédie de Lac-Mégantic.

«Dans un autre ordre d’idées, il ne faut pas négliger l’impact écologique que pourrait avoir un déversement chimique dans la rivière La Tortue», a dit Christian Ouellette.

Il entend exiger du CP un rapport de l’état actuel des voies ferrées ainsi que le calendrier d’entretien.

Son homologue Jean-Claude Boyer abonde dans le même sens. Cet incident survenu dans l’une des deux aires TOD à Saint-Constant aurait pu avoir des conséquences dramatiques si les wagons renversés avaient été remplis de produits chimiques, a-t-il mentionné.

«Il faut tenir compte non seulement des matières transportées, mais également de la sensibilité du milieu environnant et des effets probables sur la santé de la population», a-t-il défendu.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar