Jean-Claude Poissant dresse son bilan

Par Vicky Girard
Jean-Claude Poissant dresse son bilan
Jean-Claude Poissant a dressé le bilan de son mandat au Journal dans son local électoral. (Photo : Le Reflet - Vicky Girard)

Invité à dresser le bilan de son mandat, le député libéral sortant dans La Prairie, Jean-Claude Poissant, revient sur son dévouement pour les familles et les agriculteurs ainsi que ses bons coups des quatre dernières années.

M. Poissant cite d’emblée l’augmentation des allocations qui ne sont plus imposables pour les familles.

«J’ai récemment parlé avec une famille de Saint-Constant qui a quatre enfants et dont un seul parent travaille. Au début de mon mandat, elle recevait 18 000$ par année et elle payait des impôts sur ce montant. Aujourd’hui, elle reçoit 24 000$ non imposables», dit-il.

«Je suis le député de la famille. Quand on est agriculteur, c’est ce qu’on a de plus important dans les coups durs comme dans les bons moments.»

-Jean-Claude Poissant

L’agriculteur de métier se dit honoré d’avoir été secrétaire au ministère de l’Agriculture. Il est un des deux seuls à être resté en poste 4 ans. il se défend d’avoir «cédé la gestion de l’offre».

«Oui, on a fait des concessions [dans des ententes avec l’Union européenne (AECG) et le Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP)] mais on a obtenu des compensations pour les producteurs laitiers, soit 2,5 milliards», dit-il.

L’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) n’a pour sa part pas encore été entériné.

«Je comprends les producteurs», admet-il.

Promesses tenues

La plus grande réussite de M. Poissant, à son avis, est la politique alimentaire qu’il a mise en place avec son gouvernement.

«J’en parlais en campagne et c’était dans les plans du ministre de l’Agriculture quand le Parti libéral est entré au pouvoir», évoque-t-il.

Lorsque M. Poissant a été élu, il y avait une crise pour protéger la rainette faux-grillon, une minuscule grenouille menacée. Il a tenu à agir le plus vite possible, pour «protéger l’environnement en limitant les dégâts économiques», notamment à La Prairie.

Le député sortant a collaboré avec le maire, Donat Serres, et le ministère de l’Environnement afin d’en venir à une solution. Les discussions ont mené à un décret d’urgence. Le gouvernement fédéral a autorisé la construction de la quatrième phase, incluant l’aréna et la résidence pour personnes âgées Alizéa avant de freiner le développement du quartier de la Symbiocité qui était en cours pour protéger la rainette faux-grillon.

Une des promesses de M. Poissant était l’urbanisation de la route 132. Il indique que c’est une responsabilité provinciale, mais il a pris l’initiative d’organiser des rencontres pour faire avancer le dossier. Le projet fait maintenant partie du Plan québécois des infrastructures (PQI), soit les projets prioritaires du gouvernement.

Par ailleurs, M. Poissant a travaillé trois ans afin que La Prairie puisse acheter les terrains excédents au bord de l’eau sur son territoire. Le projet vient de se concrétiser.

«La Ville voulait ça depuis longtemps. Elle nous disait: redonnez le bord de l’eau à La Prairie! C’est la première chose que le maire m’a demandé quand j’ai été élu», dit-il.

Autres réalisations

-Ouverture et fermeture de 1 500 dossiers au bureau du député;

-Subvention de 500 000$ pour Exporail;

-Investissement de 20 M$ pour les infrastructures des Villes;

-Donation personnelle d’un arbre à chaque Ville;

-Subvention de 500 000$ pour la construction d’un parc à Delson;

-Mise en place du programme Nouveaux horizons pour les aînés, dont Candiac, Saint-Philippe et Saint-Constant ont récemment bénéficié;

-Branchement d’une «autoroute internet» pour l’accès à internet haute vitesse pour tous;

-Production de 10 recommandations pour la santé mentale des agriculteurs.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des