La boutique M.U.S.T. à Saint-Constant se tourne vers la vente en ligne

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
La boutique M.U.S.T. à Saint-Constant se tourne vers la vente en ligne
Propriétaire de la boutique M.U.S.T. à Saint-Constant, Nathalie Cloutier passe le fer chaud après chaque vêtement essayé avant de le remiser pendant 24h, (Photo : Le Reflet - Denis Germain)

«Afin de sauver des coûts et pour des question de sécurité», la propriétaire de la boutique de vêtements M.U.S.T. fermera les portes de sa succursale rue Saint-Pierre à Saint-Constant, le temps que le virus disparaisse. À compter du 12 mars, Nathalie Cloutier se tournera exclusivement vers la vente en ligne, «même si ça peut prendre un ou deux ans», fait-elle savoir. 

«En maintenant mon local ouvert, je dois payer des frais d’électricité et d’Internet, le loyer qui est assez dispendieux, etc. L’aide du gouvernement est là, mais elle n’est pas suffisante et je n’ai pas envie d’en dépendre, explique celle dont le bail venait de toute façon à échéance le 21 mars. Ça tombait bien.»

Puis, elle souhaitait offrir un environnement sécuritaire à sa fille, qui passe souvent de son temps à la boutique, en présence de clients.

«Je le fais pour ma santé financière et personnelle.» – Nathalie Cloutier

L’entrepreneure précise que la fermeture n’est pas définitive et qu’elle ne sera en vigueur que pendant la pandémie.

«C’est temporaire, je vais revenir après, assure-t-elle. Je vis bien avec cette décision, car je suis une personne débrouillarde et positive. Et puis, ça me manquerait trop de ne pas rencontrer les clients en magasin.»

Si les revenus générés par la vente en ligne ne seront pas au rendez-vous, Mme Cloutier se réorientera à temps partiel dans un autre domaine, en prêtant main-forte dans les écoles, par exemple, indique-t-elle.

«Nous sommes chanceux ici, car plusieurs options s’offrent à nous», fait-elle remarquer.

La propriétaire ne cache pas que des défis l’attendent, néanmoins.

«En boutique, je peux répondre à toutes les questions des clients en moins de 10 minutes. C’est plus long en ligne, convient celle qui opérera à partir d’un petit entrepôt. Mais il faut s’adapter et c’est ce que je souhaite faire.»

«La pandémie me donne le temps pour développer ce créneau, se réjouit Mme Cloutier qui a d’ailleurs constaté de nouveaux besoins chez sa clientèle. Les vêtements confortables sont très populaires. Les hauts plus chics le sont aussi, car les personnes qui font du télétravail les portent avec des pantalons plus confortables!»

À lire aussi: VIDÉO – Le magasinage à l’ère de la COVID-19 (1re partie)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires