Le chemin d’un don, de la boîte aux friperies

Le chemin d’un don, de la boîte aux friperies

Nathalie Deland fait le tri des objets durs, c’est-à-dire de la vaisselle, des jouets, des bibelots, etc.

Crédit photo : Le Reflet - Audrey Leduc-Brodeur

Le Reflet s’est rendu au centre de tri du Complexe le partage à Saint-Constant afin de mieux comprendre le chemin d’un don, de la boîte jusqu’aux tablettes des friperies. 

Transport

Des employés de l’organisme vident quotidiennement les boîtes de dons sur son territoire et les déposent dans des sacs plus grands. Ils remplissent le camion des objets reçus et les apportent au centre de tri à Saint-Constant.

Tri

Les sacs sont ensuite triés selon leur contenu.

«Une table est réservée au tri des objets durs, c’est-à-dire tout sauf les vêtements. Ça peut être de la vaisselle, de la décoration, des jouets, etc, explique Frédéric Côté, directeur adjoint du Complexe le partage. Ils sont ensuite entreposés dans des boîtes, d’après la nature de l’objet. Par exemple, les tasses sont séparées des assiettes, les boules de Noël sont séparées des lumières et ainsi de suite.»

Deux autres tables servent au tri des vêtements. Une première personne vérifie s’ils sont troués ou tachés, alors qu’une seconde les sépare selon leur catégorie (saison, genre, etc.). C’est lors de cette étape que le prix de vente en magasin est choisi et que le vêtement est étiqueté.

Envoi en magasin

Les biens sont entreposés jusqu’à ce que les responsables des friperies aient besoin de nouveaux items pour renflouer leurs tablettes.

«Les magasins envoient une feuille au centre de tri avec la liste des items et la quantité nécessaire», explique Frédéric Côté.

Une fois les vêtements reçus en magasin, l’employé inscrit la grandeur du vêtement sur l’étiquette du prix, puis le place dans la bonne section de la friperie.

Des dons retournés dans les boîtes

Il arrive parfois que des biens vendus dans les magasins du Complexe le partage soient retournés dans les boîtes de dons, raconte M. Côté.

«On le remarque surtout avec les livres, car le collant du prix apposé par le Complexe le partage se trouve encore sur la couverture», explique-t-il.

1000

Le Complexe le partage reçoit environ 1000 sacs chaque semaine de dons. Environ 25% de ce qui est reçu est revendu sur les tablettes. Le reste est recyclé, jeté ou redistribué.

Commenter cet article

avatar