Le Comité des usagers Jardins-Roussillon en 6 questions

Par Katherine Harvey-Pinard
Le Comité des usagers Jardins-Roussillon en 6 questions
(Photo : Pixabay)

Le Comité des usagers Jardins-Roussillon est plutôt méconnu. Il s’agit pourtant d’une ressource primordiale pour tous les usagers du réseau de la santé et des services sociaux. La présidente du Comité, Micheline Tellier, a accepté de donner au Reflet plus de détails sur sa mission.

Q Qu’est-ce qu’un Comité des usagers?

R «Il est là pour informer, assister et défendre les droits des usagers du système de santé. Les informer qu’il y a un commissaire aux plaintes, qu’ils peuvent aller au protecteur du citoyen, de ce qui existe dans la société pour les aider, etc. À l’occasion, il y a des gens qui appellent pour dire “j’ai un enfant autiste ou un enfant avec qui j’ai des problèmes et je ne sais pas où aller” ou “ma mère est en perte d’autonomie, elle aurait besoin d’aide”. Ils ne savent pas qu’il faut qu’ils aillent au CLSC avec les travailleuses sociales.»

«Si les gens vont au commissaire aux plaintes, mais ne trouvent pas le moyen de s’exprimer, on va les aider à préparer quelque chose pour les assister. Il y a des gens qui ne seront jamais capables de se décider à appeler parce qu’ils sont inquiets.»

Q De qui est formé le Comité des usagers?

R «On est tous des bénévoles. Moi je me cherchais un projet de retraite. La majorité des gens qui sont sur le comité sont à la retraite.»

Q Avez-vous des exemples de situations ou de cas de gens qui ont bénéficié de votre aide?

R «La dame qui a écrit une lettre ouverte au <@Rb>Reflet<@$p> récemment a fait une plainte au bureau des infirmières. Elle a arrêté là. Ce n’est pas là qu’il fallait qu’elle arrête. Il aurait fallu qu’elle vienne au Comité des usagers, au commissaire aux plaintes. Et ça marche. Mais souvent, quand tu fais la plainte directement au bureau, les gens sont complètement débordés. Tu fais une plainte à quelqu’un, mais la personne n’est plus là huit heures plus tard. Si le commissaire aux plaintes s’en mêle, ça va se passer de personne en personne.»

Q Qu’auriez-vous pu faire pour cette dame?

R «À l’occasion, on peut aller voir les gens sur le département. Autrement, on est beaucoup en contact avec le commissaire aux plaintes. Soit on l’aurait envoyée là, soit on aurait nous-mêmes parlé au commissaire. Notre contact principal, c’est la personne qui est en charge de la qualité du service pour tout le CISSSMO. Les plaintes peuvent faire énormément de chemin.»

Q Sur quel genre d’autres cas intervenez-vous?

R «Il y a un temps où on recevait beaucoup de plaintes en santé mentale. On est déjà allé sur le département pour voir ce qu’il se passait. On a beaucoup travaillé avec le commissaire aux plaintes pour régler certains de ces problèmes. Dans les CHSLD, c’est la même chose. Il y a souvent des problèmes entre usagers. On essaie de s’impliquer avec la direction. Je ne dis pas qu’on règle tout, mais on est une ressource pour essayer de le régler.»

«Gaétan Barrette, quand il a fait tous les changements, ce n’était pas très intéressant dans un certain sens. Mais pour nous, il y a des choses qui ont été intéressantes. Nous, on connaissait notre hôpital et notre secteur. S’il y avait un enfant avec le syndrome du spectre de l’autisme, on ne savait pas avec qui parler.»

Q Où êtes-vous situés?

R «On a un beau bureau depuis un mois, on est chanceux. Il est dans le mail de l’Hôpital Anna-Laberge. Quand les gens entrent à l’hôpital, il y a un grand corridor. Sur le côté à gauche, il y a des bureaux. À droite, il y a des places pour des examens, et notre bureau est là. Juste à côté, c’est la Fondation Anna-Laberge. On est très visibles.»

«On va avoir une permanence. Il va y avoir quelqu’un sur place au moins deux heures par jour à tous les jours de la semaine.»

«Originalement, notre comité s’appelle Jardins-Roussillon. Il couvre tout le territoire, de La Prairie à Châteauguay. Automatiquement, les gens qui sont sur les comités de résidents dans les CHSLD publics font partie du comité des usagers. Ce qu’il se passe dans les CHSLD, on est au courant aussi. Présentement, on fait un travail assez intense pour avoir les pieds dans les CHSLD privés et conventionnés.»

Le Comité des usagers Jardins-Roussillon donnera une conférence sur le don d’organes le 21 avril, à 17h30, au Musée ferroviaire à Saint-Constant.
Site Web: www.comitedesusagers.ca
Numéros: 450 688-2521 ou 1 800 700-0621, poste 2521
Commissaire aux plaintes: 450 699-2425, poste 2462

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des