L’école secondaire de la Magdeleine souffle ses 50 bougies

L’école secondaire de la Magdeleine souffle ses 50 bougies

L’école secondaire de la Magdeleine.

Crédit photo : Le Reflet – Archives

C’est avec trois semaines de retard que l’école secondaire de la Magdeleine à La Prairie a accueilli, le 23 septembre 1968, ses premiers élèves. Pour souligner les 50 ans de cette institution publique, une fête aura lieu le 21 septembre.

«Cette fête vise à mettre en valeur l’école de la Magdeleine comme étant un joyau de l’éducation, mais aussi à reconnaître l’importance des partenaires du quartier, des parents et naturellement des enfants», indique la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries (CSDGS) par voie de communiqué.

Dès 17h, les visiteurs pourront profiter de jeux géants extérieurs et d’animations diverses. Une visite de l’école leur sera proposée. Pour l’occasion, des documents d’archives, une collection d’albums de finissants et une mosaïque de photos seront mis en valeur. Pour les personnes qui voudront organiser des retrouvailles entre anciens élèves, elles pourront profiter des lieux puisque des locaux seront mis à leur disposition dès 18h.

 

Terrain de football

Au cours de cette soirée, il y aura inauguration officielle du terrain de football synthétique et de la nouvelle piste d’athlétisme, à 19h, en présence des représentants de la CSDGS. Celle-ci sera suivie d’un match de l’équipe de football la Milice à 19h30. Il n’y a pas de frais pour assister à cet événement. Des camions de bouffe de rue (food trucks) vendront de la nourriture.

 

Un départ difficile

Les débuts de l’école secondaire de la Magdeleine, nommée initialement polyvalente Romain-Robidoux en l’honneur d’un commissaire de l’époque, ont été chaotiques a rappelé Jacques Perrault, dans le cadre de la publication d’un cahier spécial soulignant les 40 ans du Reflet publié en 2006. Directeur d’études, ce dernier était le bras droit du directeur général, le frère Roland Pomerleau.

C’est notamment la publication du guide des règlements qui a déclenché le mécontentement des quelque 3 600 élèves et des enseignants.

«Les élèves ont trouvé ça trop dur. C’était des règlements, un peu comme aujourd’hui, qui parlaient de l’habillement, du fait de ne pas fumer à l’école et d’être présents à ses cours», avait déclaré M. Perrault.

En guise de réaction, professeurs, élèves et parents ont occupé l’école.

«Il y a eu des gaz lacrymogènes lancés dans l’auditorium à la réunion du conseil des commissaires. Les policiers sont venus et ç’a déclenché la bisbille», avait mentionné le principal intéressé.

Celui-ci est devenu directeur de l’école en 1973. Il a profité de son changement de siège pour renommer l’école la Magdeleine, en référence à l’ancienne Seigneurie La Prairie de La Magdeleine.

 

Lock-out

La commission scolaire a aussi décrété, environ trois mois après l’ouverture de l’école de la Magdeleine, un lock-out du 10 décembre 1968 au 20 janvier 1969. L’ajout et/ou des modifications de tâches non prévues dans la convention collective avaient déclenché la colère des enseignants.

 

5
Commenter cet article

avatar
1 Comment threads
4 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
S. ParentHelene GingrasDavid PenvenSylvie Pomerleau Recent comment authors
Sylvie Pomerleau
Invité
Sylvie Pomerleau

Petite correction: M. Perreault a été directeur de la fin de l’année 1968 jusqu’en 1973. Source: CSDGS.