Martin Russell honoré par la Ligue de hockey midget AAA

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Martin Russell honoré par la Ligue de hockey midget AAA

À ce jour, aucun entraîneur-chef n’a battu le record de 325 victoires de Martin Russell dans la Ligue de hockey midget AAA. Le travail de celui qui a dirigé pendant 13 ans les Riverains du Collège Charles-Lemoyne sera reconnu lors de son intronisation au Temple de la renommée de la ligue, le 5 mai.
«C’est un bel accomplissement. Je suis flatté qu’on m’ait choisi, affirme le principal intéressé. J’ai reçu plusieurs messages de félicitations. J’espère que les gens n’interprètent pas cet honneur comme la fin de ma carrière. J’ai encore de bonnes années devant moi!»
L’entraîneur de 47 ans se rappelle ses saisons gagnantes avec les Riverains, mais aussi les plus difficiles.
«C’est sûr que nos deux participations aux championnats canadiens (en 2001-2002 et 2003-2004) font partie de mes moments marquants, mais je me souviens aussi très bien d’une année où nous avions terminé parmi les derniers au classement et n’avions pas fait les séries. J’ai travaillé encore plus fort et ça m’a aidé à devenir un meilleur entraîneur», soutient-il.
Hockey féminin
Martin Russell n’a pas perdu le feu sacré du coaching. Cinq ans après avoir quitté les Riverains, le natif de Sainte-Catherine se plaît dans son poste d’entraîneur avec les Lynx du Cégep Édouard-Montpetit au hockey féminin.
«J’adore ce que je fais en ce moment. C’est une belle organisation. Nous sommes encore plus choyés, car nous aurons bientôt une nouvelle chambre des joueuses digne de la Ligue de hockey junior majeur du Québec», souligne-t-il.
L’entraîneur n’a pas eu la chance de discuter avec ses joueuses depuis que la Ligue canadienne de hockey féminin a annoncé qu’elle mettait fin à ses opérations. Même si cette porte vers le hockey professionnel féminin se ferme, Martin Russell ne croit pas que la passion des joueuses diminuera.
«Les dirigeants de la ligue vont peut-être trouver une autre façon de reprendre ses activités, espère-t-il. L’engouement pour le hockey féminin est là, encore plus fort que les années précédentes.»
Un retour avec les Riverains ?
Questionné à savoir s’il était intéressé à reprendre son poste d’entraîneur-chef des Riverains, laissé vacant à la suite du départ de Danny Groulx, Martin Russell n’a pas caché qu’il a tâté le terrain auprès de l’organisation. Cette dernière lui a cependant fait savoir qu’elle cherchait un vent de renouveau pour l’équipe, explique-t-il. Son fils Samuel a d’ailleurs joué pour le Collège Charles-Lemoyne cette saison. Les Riverains ont finalement porté leur choix sur Steve Larouche. 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des