Un projet pour changer le zonage de la carrière, une pétition pour l’en empêcher

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Un projet pour changer le zonage de la carrière, une pétition pour l’en empêcher
Selon le rapport d’études biologiques, trois milieux humides se trouvent sur le site. Ceux-ci sont toutefois situés sur le plateau sud, et non dans la carrière. (Photo : Le Reflet – Denis Germain)

Le conseil des maires de la MRC de Roussillon a adopté un projet de règlement visant à modifier l’affectation du site de l’ancienne carrière de La Prairie, le 25 juin dernier. Une pétition citoyenne de plus de 200 signatures demande aux élus de faire marche arrière, du moins jusqu’à la tenue de la consultation publique prévue à l’automne. 

À lire aussi: Carrière de La Prairie : toutes les options sont sur la table, assure la Ville

Si le règlement officiel est adopté tel quel, l’usage du terrain acquis par le promoteur Luc Poirier passera d’industriel lourd à multifonctionnel structurant, lui permettant ainsi d’y construire des immeubles résidentiels, notamment.

Opposés à tout changement au schéma d’aménagement d’ici à ce que les résidents de La Prairie soient sondés publiquement, un mouvement citoyen et une formation politique ont déposé une pétition conjointe à la MRC de Roussillon, le 23 juillet. Les signatures ont été recueillies en moins de 10 jours lors d’un blitz de porte à porte, informent Projet carrière vivante et Place aux citoyens.

«Plus de 80 % des Laprairiens que nous avons rencontrés ont signé la pétition, fait savoir Frédéric Galantai, porte-parole et fondateur du parti politique Place aux citoyens. Ils se disent très préoccupés par l’impact d’un troisième méga développement domiciliaire sur leur qualité de vie, qui s’ajouterait à celui de l’ancien golf de La Prairie et de Symbiocité.

Les deux organisations estiment que cette nouvelle étape «a pour effet de corrompre le processus consultatif qui débutera en septembre». Pour sa part, Projet carrière vivante dénonce le fait que le projet de règlement n’était pas à l’ordre du jour initial de la séance du conseil des maires, le 25 juin. Il a été ajouté en début d’assemblée par le préfet Christian Ouellette, puis approuvé par les autres élus.

«Les citoyens n’apprécient pas ce genre de manœuvre qui pourrait être perçue comme un stratagème pour minimiser la contestation», fait valoir Andrée Gendron, cofondatrice du mouvement citoyen.

Consultation écrite 

Lors de la séance, les maires n’ont pas élaboré sur les motivations derrière leur décision. Le Reflet est en attente d’une réaction de la Ville de La Prairie à ce sujet.

Pour le moment, la MRC de Roussillon rappelle qu’elle a tenu une consultation écrite à propos du projet de règlement lors de laquelle les citoyens avaient 15 jours pour s’exprimer. Elle confirme avoir reçu des avis et commentaires «qui seront analysés aux fins d’une présentation auprès du conseil des maires prévue le 26 août».

Jusqu’à présent, deux rencontres d’information, dont l’une virtuelle, ont été tenues par la Ville de La Prairie dans le cadre de la revitalisation du site de l’ancienne carrière.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] réponse à la pétition déposée au conseil des maires de la MRC de Roussillon, qui demande à ce que tout cha…, la Ville de La Prairie affirme que la modification souhaitée est nécessaire, puisqu’elle […]