Valeur des résidences limitrophes à un golf : «L’impact n’est plus aussi énorme qu’avant»

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Valeur des résidences limitrophes à un golf : «L’impact n’est plus aussi énorme qu’avant»
(Photo : Le Reflet - Denis Germain)

Les résidents limitrophes au Club de golf Candiac ont souvent exprimé la crainte que la valeur de leur propriété diminue en cas de fermeture du golf. Pourtant, ils ne devraient pas trop s’inquiéter, rassure Unsal Ozdilek, professeur à l’École des sciences de la gestion de l’UQÀM et expert en évaluation immobilière interrogé par Le Reflet.

Est-ce que les résidences limitrophes au golf diminueront de valeur lorsque le golf fermera ?

Il est vrai que la présence d’un golf dans le quartier a un impact positif sur la valeur d’une résidence. De combien? C’est difficile à dire parce que c’est différent d’une ville à l’autre. Plusieurs études ont été réalisées sur le sujet et la littérature établit ce pourcentage à environ 8 ou 9% de plus.

Ce n’est plus l’engouement d’il y a 30 ans, lorsque les promoteurs se servaient de cet attribut pour attirer des résidents. Au fil du temps, d’autres facteurs sont devenus importants comme l’accès rapide à un pont, le voisinage, etc. Si c’est une usine ou un hôpital qui fermait, l’impact sur la valeur de la localisation pourrait être plus importante que celle du golf.

Ce n’est pas un secret que la pratique du golf est moins populaire. Dans ce cas, pourquoi est-ce qu’un club à proximité ajoute de la valeur à une propriété ?

Est-ce que les gens achètent une résidence à proximité d’un golf pour y jouer? Non. Ils l’achètent parce qu’il y a un espace vert derrière leur cours. Les citoyens fuient la ville pour trouver la nature. À l’époque, il y avait également le facteur prestige lié au golf qui était recherché, puisque ça signifiait aussi un effet de rareté.

Est-ce que le concept de développement mixte du promoteur pourrait être avantageux pour les résidents inquiets ?

L’enjeu est de savoir par quoi sera remplacé le golf. Le mot d’ordre est: contrebalancer. Il est possible que certaines des nouvelles installations permettent de combler le 8% manquant ou même d’augmenter la valeur. La Ville doit se questionner à savoir pourquoi les gens s’installent dans ce quartier. La vue et l’accès à la nature demeurent des attributs pour les résidents. S’ils ne voient que du béton, ce ne sera plus intéressant, même si la richesse foncière de la Ville augmente.

«Je ne pense pas que les citoyens doivent s’inquiéter parce que l’effet de prestige peut être trouvé ailleurs.» -Unsal Ozdilek

Gains globaux vs pertes individuelles

Professeur à l’École d’urbanisme et d’architecture du paysage de l’Université de Montréal, Jean-Philippe Meloche abonde dans le même sens que Unsal Ozdilek. L’impact sera positif ou négatif selon ce qui sera construit à cet endroit.

«Néanmoins, l’effet d’un golf sur le quartier n’a pas une très longue portée. Seule la première rangée de maisons limitrophes en ressent l’impact», ajoute-il.

M. Meloche est lui aussi d’avis que les résidents ont plutôt peur de perdre la tranquillité et l’espace vert que le golf en lui-même.

«La vue ajoute effectivement de la valeur, mais c’est difficile à quantifier», mentionne-t-il.

Selon l’expert, la question que la Ville devra se poser est de savoir «si les gains globaux du nouveau développement en valent la peine comparativement à la perte de tranquillité des résidents limitrophes au golf».

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
SebIan Ferguson Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Ian Ferguson
Guest
Ian Ferguson

The article does NOT address the users of the golf course -I manage a league of about 70 golfers who are mostly from Candiac (even some employees) – for 20 years we have played twice a week and had breakfast at Golf Candiac and it has become our main venue for interacting with our neighbors – this recreation will now be lost and our friendships will suffer greatly when we have no reason to meet every week – some of us will lose home value, others just jobs and for all, a way of life.

Seb
Guest
Seb

This will sound blunt but it’s private land after all….you should have pooled together and bought the golf course with your 70 players 😉
Yes it’s unfortunate I agree.

With a good development consisting of big parks and lots of nature kept intact the city of Candiac’s properties will probably rise in value. Golf courses are falling one after the other being less and less profitable. In cities like Brossard, La Prairie and Candiac the land is worth much more to a developer so it makes it tempting for the owners to sell.