Audi A6 2019 : une des vedettes de Genève

Audi A6 2019 : une des vedettes de Genève


Le Guide de l'Auto

Article par Gabriel Gélinas

GENÈVE (Suisse) – Le constructeur Audi a choisi le Salon de l’auto de Genève comme vitrine pour la première mondiale de la huitième génération de la berline A6. Après les A8 et A7, c’est au tour de la berline A6 d’être complètement renouvelée et de faire le plein des technologies développées par la marque d’Ingolstadt.

Un look plus affirmé
Cette refonte complète a permis à la A6 d’adopter un look à la fois plus affirmé et plus aérodynamique, comme en témoignent son coefficient de traînée chiffré à 0,24, et des proportions équilibrées. La calandre hexagonale Singleframe est large et basse, les blocs optiques sont plus effilés, et les entrées d’air à l’avant sont plus grandes, tous des éléments qui contribuent à la sportivité du look.

À l’arrière, on remarque une bande chromée qui souligne la largeur de la voiture et fait le lien entre les feux. Le volume du coffre demeure inchangé, à 530 litres, mais la nouvelle découpe du couvercle facilite le chargement et son ouverture peut être commandée par un simple mouvement du pied sous le pare-chocs arrière.

Un habitacle de classe affaires
La nouvelle Audi A6 2019 est plus longue et plus large que sa devancière, alors que son empattement a progressé afin de fournir plus d’espace aux passagers. La grande transformation s’est opérée dans l’habitacle à l’esthétique branchée qui fait la part belle à la technologie numérique avec deux écrans tactiles en couleurs à haute définition – avec feedback acoustique et haptique – servant d’interface pour les divers systèmes de la voiture, tout comme sur les A8 et A7.

L’écran du haut, qui mesure 10,1 pouces, sert d’interface pour les fonctions de navigation, d’infodivertissement et de communication, alors que l’écran du bas, 8,6 pouces, sert à commander les fonctions de chauffage/climatisation, ainsi que les sièges chauffants et ventilés, et peut également servir de tablette permettant la saisie d’une adresse pour le système de navigation ou encore d’un numéro de téléphone à composer. Le cockpit virtuel, qui remplace le traditionnel bloc d’instruments, est aussi au programme.

Conduite autonome de niveau 3
À l’instar des A8 et A7, la nouvelle A6 reçoit tous les équipements nécessaires à la conduite autonome de niveau 3. Ça signifie qu’elle peut prendre complètement en charge ses mouvements quand elle roule à moins de 60 km/h sur l’autoroute lorsque le système est engagé par le conducteur. La conduite autonome de niveau 3 n’est permise que dans certaines régions à l’heure actuelle, mais on s’attend à ce que plusieurs pays adaptent prochainement leur législation pour permettre son usage. Les nouvelles Audi, soit les A8, A7 et maintenant A6, sont déjà prêtes pour cette éventualité.

Hybridation légère
Plusieurs motorisations sont proposées selon les marchés, soit un bloc essence et trois blocs diesel, mais on s’attend à ce que les A6 vendues au Canada soient animées par un seul moteur : le V6 de 3,0 litres turbocompressé qui développe 340 chevaux et un couple de 368 livres-pied et qui anime également la A7 ainsi que l’un des modèles de la A8 vendue chez nous. Ce moteur V6 est couplé à un système électrique de 48 volts et à une technologie d’hybridation légère par le biais d’un alternateur à courroie (BAS) et d’une batterie lithium-ion d’une capacité de 10 Ah.

Cela permet de bonifier la consommation puisque la voiture peut rouler en roue libre et moteur éteint, entre 55 et 160 km/h pendant une courte période pouvant atteindre jusqu’à 55 secondes pour ensuite redémarrer en douceur. La A6 dispose d’une fonction avancée arrêt/redémarrage automatique et d’un système de récupération d’énergie jusqu’à 12 kW. Le rouage intégral quattro figure de série avec le moteur V6 et la boîte est une automatique à sept rapports avec double embrayage, tout comme sur la A7.

Une dynamique bonifiée
L’Audi A6 2019 propose quatre configurations de suspension : une suspension à ressorts en acier conventionnelle, une suspension sport, une suspension pilotée et une suspension pneumatique avec amortissement contrôlé. On ignore cependant pour l’instant quels choix seront offerts à l’acheteur canadien. Également au programme des options : une direction dynamique des quatre roues qui permet de tourner les roues arrière de cinq degrés dans le sens opposé aux roues avant lors de manœuvres à basse vitesse, afin de bonifier la maniabilité, et dans le même sens que les roues avant lorsque la vitesse est supérieure à 60 km/h, rendant la voiture plus stable pendant les changements de voie sur l’autoroute ou lors de transitions latérales rapides.

La nouvelle A6 de huitième génération fera ses débuts en Europe dès cet été et la commercialisation chez nous devrait commencer vers la fin de 2018.