Cent livres perdues en moins d’un an

Sandra Poulin a reçu un électrochoc en magasinant sa nouvelle assurance-vie en février 2013. Étonnée de voir que le coût de ses primes allait être multiplié par 10, elle a demandé pourquoi. «Vos examens médicaux sont bons, mais vous êtes une obèse morbide madame», lui a-t-on alors répondu.

«C’est comme si on m’avait giflée. Je me trouvais rondelette, et là, on me disait ce que j’étais telle quelle: une obèse morbide! Pour moi, je n’avais pas de problèmes. J’étais complètement dans le déni. Je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose», se remémore la résidente de Delson qui pesait alors 133 kg (295 lb).

Dès lors, la principale intéressée qui n’était pas une adepte de junk food change ses habitudes alimentaires en matière de portions.

«Je ne suis pas une madame cochonneries. Je mangeais trop. Même enfant chez nous, on a toujours mangé santé. Tout était une question de portions versus ce que je dépensais. Il fallait que je sois pleine afin d’avoir ce petit sentiment de plénitude une fois le repas terminé», confie-t-elle.

En 2013, elle réussit à perdre 13 kg (30 lb), pour reprendre quelques mois plus tard une dizaine de kilos (vingtaine de livres) durant le temps des Fêtes.

Prendre conscience

Une amie lui conseille de regarder l’émission Le Parcours, une télé-réalité où l’on peut suivre un groupe de personnes obèses qui désirent retrouver leur poids santé. La série est animée par Jimmy Sévigny. L’histoire médiatisée de ce bachelier en sciences de l’activité physique qui a retrouvé son poids santé l’a inspirée.

«J’ai tellement pleuré ma vie en écoutant ces émissions, se souvient-elle. Je les regardais en rafale, quand mes filles étaient couchées. C’est à ce moment que j’ai assumé le fait que j’étais une obèse morbide. Je me disais que si ces personnes pouvaient maigrir, je le pouvais aussi.»

Santé

Lorsque 2014 arrive, Sandra Poulin sait que la nouvelle année sera la bonne. Elle s’inscrit dans un centre d’entraînement et assiste durant l’été à une conférence prononcée par M. Sévigny.

«Après l’avoir écouté, je me suis dit qu’il allait devenir mon coach. Je me sentais rassurée parce que je savais qu’il était passé par là, qu’il allait comprendre ma réalité.

Il m’a posé la question suivante : "Sandra, qu’est-ce que tu veux? Perdre du poids ou être en santé? " Cette phrase a été révélatrice. Je voulais la santé. Dans mon programme, on a donc ajouté beaucoup d’exercices. Je m’entraîne six fois semaine», dit-elle.

Suivant actuellement les conseils prodigués par son coach, Sandra Poulin a perdu 48 kg (106 lb) en un an.

Cette perte de poids a changé la dynamique familiale.  

«Durant la semaine de relâche, poursuit-elle, nous sommes allés faire du patin à roulettes au Palais du patin. Ma petite fille de 8 ans m’a dit: "Regarde maman, avant on ne pouvait pas faire ça ensemble".»

Manger ses émotions

Au cours de l’entretien, Sandra Poulin a indiqué qu’elle avait pris le plus de poids pendant ses deux grossesses.  

«J’ai toujours eu un léger surplus de poids, mais à mon premier enfant, j’ai pris 80 lb (36 kg) que je n’ai pas perdues. Puis, avec la deuxième grossesse, un autre 30 lb (13 kg). Ma deuxième fille a eu de graves problèmes de santé. J’ai passé mon congé de maternité à l’hôpital. J’ai mangé mes émotions pas juste un peu! J’ai repris un autre 30 lb pour un total de 140 lb (63 kg)», dit-elle.

«J’ai toujours été une bonne vivante. Je n’avais pas de problème de santé, je ne faisais pas de cholestérol. Dans ma tête à moi, j’allais bien, somme toute», affirme Mme Poulin.

Elle lance le conseil suivant à ceux qui voudraient maigrir: «Il faut croire que cela est possible et toujours se rappeler pourquoi nous avons commencé.»

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar