Encore du chemin à faire, selon l’Association des personnes handicapées de la Rive-Sud Ouest

Encore du chemin à faire, selon l’Association des personnes handicapées de la Rive-Sud Ouest

Il peut être plus facile qu’on le pense d’adapter des tâches aux capacités des personnes handicapées, selon l’APHRSO.

Crédit photo : Depositphotos

À lire aussi «Je me sens riche quand je travaille!» – Hugo Boutin

Même si des avancées importantes ont été réalisées au cours des dernières années, l’intégration des personnes handicapées en milieu de travail demeure toujours un enjeu dans la région, selon Nancy Côté, présidente de l’Association des personnes handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO).

Le gouvernement du Québec a adopté en 2008 une Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées. Dix ans plus tard, il reste encore beaucoup de chemin à faire, soutient Mme Côté.

«Il est vrai qu’il y a 10 ans, on n’en voyait à peu près pas dans les entreprises. Aujourd’hui, il y a de plus en plus d’employeurs qui engagent des personnes handicapées, mais ce n’est pas encore suffisant», affirme-t-elle.

D’après la présidente de l’organisme basé à La Prairie, le manque de connaissance des ressources disponibles, plutôt que l’absence d’ouverture, freinerait les employeurs dans leur volonté d’engager des personnes handicapées.

«Personne n’est contre l’inclusion, mais il arrive souvent que les employeurs pensent que c’est compliqué de le faire», dit Mme Côté.

Cette dernière soutient qu’il peut être plus facile qu’on le pense d’adapter des tâches aux capacités des personnes handicapées, particulièrement celles qui ont des limites physiques.

«Du moment qu’elles auront un environnement adéquat pour travailler, elles seront parfaitement capables d’exercer leur métier», affirme-t-elle.

Des ressources pour les employeurs  

Une Stratégie provinciale 2018-2022 doit normalement être présentée cette année. La présidente de l’APHRSO, ainsi que les autres organismes qui soutiennent les personnes handicapées, ont de grandes attentes pour cette nouvelle version.

«Il faut des mesures concrètes pour démontrer aux employeurs tout le potentiel et la contribution que les personnes handicapées peuvent apporter. On doit leur donner les moyens nécessaires. Plusieurs ressources existent déjà et ils ne sont pas au courant.»

Elle cite notamment en exemple le Contrat d’intégration au travail. Cette mesure d’Emploi Québec permet de rembourser à l’employeur certains frais nécessaires pour l’intégration de personnes handicapées dans des emplois salariés temps plein ou temps partiel.

Pénurie de main-d’œuvre

Mme Côté souligne que les employeurs auraient tout intérêt à favoriser l’embauche de personnes handicapées et qu’il s’agit d’une solution intéressante pour résorber la pénurie de main-d’œuvre qui afflige présentement les entreprises au Québec.

Elle précise que les municipalités font quant à elles un effort appréciable pour intégrer des personnes handicapées dans leur personnel d’employés.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar