Interruption du remblayage sur le terrain de l’ancienne briqueterie «en vue», affirme la MRC

Par Katherine Harvey-Pinard
Interruption du remblayage sur le terrain de l’ancienne briqueterie «en vue», affirme la MRC
(Photo : Le Reflet - Denis Germain)

La MRC de Roussillon affirme qu’il y a «interruption du remblayage en vue» sur le terrain de l’ancienne briqueterie à La Prairie.

C’est ce que l’organisme a déclaré dans un communiqué suivant une rencontre à laquelle il prenait part en compagnie du propriétaire du terrain Luc Poirier et de la Ville. Questionnée à savoir pourquoi la MRC fait une telle affirmation, la porte-parole Mélanie Cloutier n’a pu donner aucun détail.

«Cette discussion nous a permis d’aborder de front l’enjeu du remblaiement de la carrière, a révélé le préfet Jean-Claude Boyer. Bien que tous ne partagent pas la même interprétation du règlement et de la situation actuelle, nous avons convenu de trouver une voie de passage, incluant l’interruption du remblayage, qui permettra de lancer le processus de consultations publiques dans un contexte acceptable pour tous les citoyens de La Prairie.»

Cette rencontre avait été demandée par Luc Poirier après que celui-ci ait reçu un avis pour arrêter les travaux sous peine d’avis d’infraction et d’amendes ainsi que deux amendes de la Ville. Celles-ci stipulaient qu’il contrevenait au règlement de contrôle intérimaire (RCI) adopté par la MRC de Roussillon en 2017 interdisant «tous travaux de remblai et de déblai, toute nouvelle utilisation du sol, toute nouvelle construction».

La MRC a indiqué par voie de communiqué que le tout s’est déroulé dans une ambiance constructive. Il n’y a cependant pas eu de discussion sur l’aménagement du site, puisque ce sujet sera discuté lors d’«un vaste processus de consultations publiques à venir». La première consultation de la Ville aura d’ailleurs lieu le 28 janvier.

«En tant que MRC, notre objectif était également de nous assurer que l’acceptabilité sociale constituera une des conditions gagnantes pour l’avenir de ce site», a pour sa part mentionné Gilles Marcoux, directeur général de la MRC, qui prenait part à la rencontre.

Le maire de La Prairie, Donat Serres, était aussi présent.

«Aucune décision formelle n’a été prise»

De son côté, la porte-parole de Luc Poirier, Marie Beaubien, a indiqué au Journal que «des pistes d’intervention ont été mises sur la table lors des échanges tels que décrits dans le communiqué de la MRC de Roussillon émis en date d’aujourd’hui», mais qu’«aucune décision formelle n’a été prise de part et d’autre».

Rappelons que dans une entrevue accordée au Journal la semaine dernière, Mme Beaubien assurait toujours qu’il n’y a pas de remblayage sur le site présentement. Les travaux actuels consistent notamment à décontaminer, finaliser les accès sur le site, niveler le sol, renforcer la sécurité et installer l’affichage. Le matériel qui rentre sur le site actuellement est du sol plus petit que A, «qui sert à préparer le terrain pour le remblayage, qui va commencer au printemps prochain», avait-elle affirmé.

«Actuellement, Luc Poirier n’est autorisé à importer que des sols plus petits que A en vertu du règlement sur les carrières et sablières», a-t-elle à nouveau maintenu cet après-midi.

Une deuxième rencontre entre les trois parties est prévue à la fin du mois de novembre.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des