Partenaires recherchés pour la réussite des tout-petits

Partenaires recherchés pour la réussite des tout-petits

Lors de la conférence de presse, des élèves de la maternelle 4 ans étaient présents.

Crédit photo : Le Reflet - Denis Germain

C’est un appel aux partenaires du milieu communautaire et public que lance la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries (CSDGS) afin de soutenir la réussite scolaire des enfants de 4 à 8 ans.

Si l’école dispose des moyens pour encadrer cette jeune clientèle, il n’en demeure pas moins que les organismes ont un rôle important à jouer. C’est le message qu’a livré la présidente de la CSDGS, Marie-Louise Kerneïs, lors d’une conférence de presse à l’école primaire Jacques-Barclay à Saint-Mathieu, le 6 décembre.

D’entrée de jeu, elle a souligné les problématiques auxquels certains enfants sont confrontés avant même leur entrée à l’école. Elle a cité une enquête québécoise réalisée en 2012 sur le développement des enfants à la maternelle par l’Institut de la statistique du Québec. On y apprenait que 23% d’entre eux ont des difficultés dans divers domaines de leur développement (santé physique, compétences sociales, maturité affective, développement cognitif et langagier, habiletés de communication et connaissances générales).

«En permettant aux enfant de vivre des succès dès leur premier contact avec l’école, nous croyons que l’éducation préscolaire 4 ans joue un rôle déterminant dans leur cheminement scolaire.»

– Marie-Louise Kerneïs, présidente de la CSDGS

«Ce pourcentage est à 28% en 2017. Ces vulnérabilités sont supérieures de 10% chez les garçons par rapport aux filles», a-t-elle expliqué.

Prenant la parole en faisant référence au Plan d’engagement vers la réussite adopté par CSDGS en juin, la directrice générale, Kathlyn Morel, a insisté sur la nécessité d’intervenir tôt face aux problématiques que peuvent rencontrer certains enfants.

«Nous voulons – avec notre Plan de réussite – agir auprès de tous les élèves du préscolaire de 4 à 5 ans qui peuvent présenter des vulnérabilités», a-t-elle déclaré.

Elle a salué les organismes qui offrent des services à ce chapitre aux tout-petits.

«Plusieurs d’entre eux interviennent dans l’apprentissage de la lecture. Certains offrent des ateliers de stimulation du langage en bas âge, poursuit-elle. Toutes ces actions font en sorte que lorsque l’enfant rentre au préscolaire, il est davantage ouvert. On veut développer des partenariats avec ces organismes pour qu’on ait la même vision face à l’intervention qu’on doit déployer pour nos enfants.»

«Nos objectifs sont de répertorier les partenaires, de les connaître dans un premier temps, et développer une complémentarité avec eux», est intervenue Pascale Gingras, directrice des services éducatifs à la CSDGS.

Elle a cependant insisté sur le fait que les premiers partenaires essentiels pour la réussite scolaire de l’enfant demeure les parents.

«C’est un appel à la collaboration encore plus intense avec le milieu que nous lançons. Les tout-petits aujourd’hui sont les adultes de demain. Il importe de leur offrir le meilleur départ possible dans la vie et les chances égales de s’épanouir», a conclut Marie-Louise Kerneïs, présidente de la CSDGS.

 

Bien entourés

La directrice de l’école primaire Jacques-Barclay,  Danielle Blanchette a souligné les services dont disposent les élèves dont la classe de maternelle 4 ans temps plein mise sur pied il y a trois ans. L’école accueille 90 élèves de la maternelle à la 2e année.

En plus de leur enseignante, une préposée veille à l’habillage et la propreté des petits. Éducatrice spécialisée, infirmière, hygiéniste dentaire, orthophoniste, orthopédagogue et psychologues sont également présents de manière ponctuelle. L’enseignante peut compter sur une conseillère pédagogique pour l’aiguiller dans sa tâche.

«En permettant aux enfant de vivre des succès dès leur premier contact avec l’école, nous croyons que l’éducation préscolaire 4 ans joue un rôle déterminant dans leur cheminement scolaire», a mentionné Mme Blanchette.

 

Les maternelles 4 ans à la CSDGS

École Sainte-Clothilde à Sainte-Clothilde-de Châteauguay depuis 2013. Elle a été la première école à accueillir les petits de 4 ans.

Jean-XXII à La Prairie depuis 2016.

Saint-Patrice à Sherrington depuis 2017.

Commenter cet article

avatar