Les Hells Angels pendent la crémaillère à Delson

Les Hells Angels pendent la crémaillère à Delson

Le vrombissement des motos a résonné dans le parc industriel de Delson samedi alors qu’environ 300 motards des Hells Angels provenant de différentes chapitres (Québec

Le vrombissement des motos a résonné dans le parc industriel de Delson samedi alors qu’environ 300 motards des Hells Angels provenant de différents chapitres (Québec, Ontario) et leurs sympathisants sont venus pendre la crémaillère dans des locaux de la rue Beauvais.

L’endroit abriterait le club-école des Hells, les Red Devils. Cette information toutefois n’a pu être confirmée par la Régie intermunicipale de police Roussillon au moment d’aller sous presse.

Les agents du Roussillon aux côtés de leurs collègues de la Sûreté du Québec (SQ) ont profité de ce rassemblement pour procéder au contrôle des motards à l’angle des rues Industriel et Beauvais. Ces derniers n’ont effectué aucune arrestation. Ils ont cependant émis 19 constats d’infraction au Code de la sécurité routière.  

Selon nos sources, les Hells Angels ont quitté le parc industriel de Chambly en novembre. Ils avaient entrepris des démarches pour installer leurs pénates à Delson.

 

Depuis septembre

La présence des motards à Delson remonte au 25 septembre, lorsque Denis Vallière, administrateur de la compagnie Extra Moto, a obtenu de la municipalité un «certificat d’occupation» pour le 30 et 32, rue Beauvais, afin d’y effectuer l’entreposage de motos selon les informations de la Ville de Delson.

Ce dernier louait ces locaux auprès du propriétaire de l’immeuble.

C’est seulement vers la fin de décembre que la municipalité a appris des autorités policières la nature véritable des activités qui se déroulaient à cet endroit.

«Peu importe les motifs ou les raisons, il n’est pas question de permettre cela» a déclaré en entrevue au Reflet le maire Gilles Meloche.  

C’est par le biais de sa règlementation municipale que Delson tente de déloger les motards.

«Notre inspecteur a effectué une visite intérieure du local en février. Rien ne semblait aller à l’encontre de l’usage du certificat qui avait été accordé», a ajouté le maire.

Le 28 avril, une deuxième inspection a lieu. Accompagné d’un agent de la police du Roussillon, l’inspecteur a constaté que le bâtiment n’était plus utilisé comme entrepôt, mais était plutôt un lieu de rencontre, des aménagements ayant été effectués entre-temps.

Le conseil municipal s’est réuni en séance spéciale lundi soir pour adopter une résolution afin de révoquer le certificat d’occupation.

La Ville a mandaté ses procureurs, Bélanger, Sauvé SENCRL pour entreprendre des recours judiciaires nécessaires afin que l’utilisation des locaux du 30 et 32, rue Beauvais soit conforme à la règlementation municipale.

Surveillance

L’adoption de cette résolution n’a rien à voir avec le rassemblement des Hells de samedi, a indiqué le maire. Les démarches avaient été effectuées avant cet événement.

M. Meloche a démenti la rumeur voulant qu’il bénéficie d’une protection policière depuis la présence de motards criminalisés à Delson. Il a cependant reconnu que sa résidence et certains bâtiments municipaux faisaient l’objet d’un plus grand nombre de patrouilles policières sans qu’il en ait fait la demande. La présence des motards n’a suscité aucune plainte des citoyens, a indiqué le maire.

À LIRE AUSSI :

Le club-école des Hells était discret