La MRC de Roussillon émet 6 recommandations pour le recyclage

Par Hélène Gingras
La MRC de Roussillon émet 6 recommandations pour le recyclage
Matières à recycler. (Photo : Depositphotos)

Le maire de Delson et préfet suppléant à la MRC de Roussillon, Christian Ouellette, a présenté un mémoire comportant six recommandations à la consultation publique sur le projet de modification du Plan métropolitain des gestions des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Montréal, le 24 mai.

La CMM a fait des consultations parce qu’elle n’atteindra pas son objectif de recycler 70% des matières recyclables en 2020. Appelée à se prononcer, la MRC de Roussillon a émis les recommandations suivantes.

-Que la CMM rappelle au gouvernement du Québec l’importance de faire des recherches et analyses afin d’obtenir des données neutres et complètes qui permettront de prioriser les interventions en fonction des impacts économiques, sociaux et environnementaux. Par exemple, dans le dossier de la modernisation de la consigne, les enjeux ne sont pas clairement identifiés.

 

-Que la MRC interpelle le gouvernement pour revoir le modèle du tri et du traitement des matières recyclables afin de s’assurer de la qualité des matières sortantes des centres de tri, éviter les monopoles régionaux et une crise comme celle vécue sur le territoire dernièrement (l’entreprise de recyclage régional, le Groupe TIRU à Châteauguay, a entreposé des matières sur son site parce que la Chine les refusait et elle a exigé de rouvrir son contrat).

 

-La MRC souhaite l’adoption d’une Politique nationale de l’économie circulaire, c’est-à-dire de trouver des débouchés locaux pour le recyclage afin de développer une économie locale, s’assurer que les matières soient recyclées et valorisées éthiquement et mieux contrôler les coûts.

 

-Que la CMM réclame l’élargissement de la responsabilité des producteurs afin que les entreprises fabricantes assurent la prise en charge complète du cycle de vie de leurs produits.

 

-Que la CMM demande au gouvernement de respecter ses engagements pour désigner par règlement de nouveaux produits à recycler par les producteurs fabricants. Actuellement, c’est le cas seulement pour les appareils de réfrigération, de congélation et de climatisation.

 

-Que la CMM demande au gouvernement du Québec de revoir le Registre des entreprises non admissibles aux contrats publics pour que les activités des entreprises fautives soient spécifiquement identifiées et que seules celles-ci soient rendues inadmissibles plutôt que l’ensemble des activités de l’entreprise. La Ville de Saint-Constant a dû résilier son contrat avec l’entreprise Mélimax pour cette raison.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des