Actualités

Sainte-Catherine refuse d’autoriser le Projet Kateri

jeudi le 25 juillet 2019
Modifié à 14 h 55 min le 26 juillet 2019
Par Hélène Gingras

hgingras@gravitemedia.com

La Ville de Sainte-Catherine n’a pas donné le feu vert au projet immobilier Kateri en raison de «l’opposition massive des citoyens», dit-elle, «et ce, malgré l’important travail effectué par des citoyens du secteur et les parties prenantes dans le cadre du programme Oui, dans ma cour!» C’est ce qu’indique une résolution adoptée à l’unanimité par le conseil en séance régulière, le 9 juillet. Devant l’opposition, les élus ont refusé de modifier le zonage afin de permettre de construire sur un terrain adjacent à l’église deux immeubles totalisant une quarantaine d’appartements. Un aurait eu quatre étages, l’autre un de moins. C’est principalement la hauteur et la proximité des bâtiments à construire qui rebutent les citoyens, a mentionné Amélie Hudon, directrice des communications à la Ville de Sainte-Catherine. La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) réclame néanmoins aux Villes membres de densifier leur territoire avec des projets en hauteur.
«Le projet n’aura pas lieu tel quel. Si un autre était présenté pour ce terrain, il ferait l’objet d’une nouvelle analyse», a spécifié Mme Hudon
Joint au téléphone, le promoteur Éric D’Avril a affirmé que lui et son associé Matthew Kalpakis avaient besoin de prendre un peu de recul pour réfléchir. Ils sont toujours propriétaires du terrain. Depuis 4 ans, ils ont investi beaucoup de temps et d’argent dans ce projet. Ils possèdent aussi la Maison bleue qu’ils sont prêts à donner pour qu’elle soit déménagée. Démarche pour un consensus Le nouveau projet, qui a récemment fait l’objet d’une consultation, en était à sa deuxième mouture. Les réticences soulevées lors de la présentation du projet original avaient incité la Ville à entreprendre une démarche de consultation avec des employés, les promoteurs et des citoyens. Le tout était piloté par l’organisme Vivre en Ville. À l’issue de plusieurs ateliers, le groupe avait établi des balises en termes de hauteur, d’architecture, de volumétrie, etc. Malgré leur travail, des citoyens ont signifié par écrit à la Ville, dans les délais prescrits, qu’ils souhaitaient que le projet obtienne l’approbation des personnes habiles à voter, soit la signature d’un registre. La Ville a alors fait marche arrière. Le zonage actuel permet de construire seulement des immeubles de deux étages maximum. Invitée à commenter la situation, la mairesse Jocelyne Bates a salué le processus qui a permis «de cheminer concrètement avec les citoyens du quartier sur l’évolution de leur milieu de vie». Elle a aussi fait connaître l’intention de la Ville de poursuivre dans le même sens.
«Nous désirons poursuivre nos efforts de consultation afin de trouver des balises de développement acceptables pour l’avenir de notre ville, et ce, dans l’intérêt de tous.» -Jocelyne Bates, mairesse
À lire aussi: Sainte-Catherine veut sauvegarder la maison bleue [caption id="attachment_38772" align="alignnone" width="444"] La maison bleue[/caption]