Un arbre à la mémoire d’une ancienne élève décédée

Un arbre à la mémoire d’une ancienne élève décédée

L’arbre a été planté à l’entrée de l’école. La plaque commémorative sera fixée sur le mur.

Marianne Brodeur avait 18 ans quand elle est décédée lors d’un championnat de motocross en Beauce en septembre 2015. Les enseignantes de l’école primaire Vinet-Souligny à Saint-Constant où elle a étudié ont tenu à honorer sa mémoire en plantant un arbre, le 28 juin. 

«Aujourd’hui nous voulons te témoigner tout l’amour et l’admiration que nous avons pour toi au nom du personnel de Vinet-Souligny, l’école qui a vu grandir ta mère, ton frère et toi», a déclaré Sandra Marquis, enseignante et instigatrice de la cérémonie.

Prenant la parole à ses côtés, sa collègue Lyne Archambault a poursuivi en partageant quelques souvenirs à propos de la jeune fille à qui elles ont enseigné respectivement en 5e et 6e année.    

«Te souviens-tu combien tu étais aidante pour les élèves en difficulté?, a enchaîné Mme Archambault. Nous, on se souvient que tu avais de belles qualités du cœur comme la générosité, le respect, la politesse, l’ouverture d’esprit et une grande maturité face à la différence.» 

 

Touchés

Présents à la rencontre, les parents de Marianne Brodeur se sont dits touchés par cette initiative.

«C’est un bel hommage. J’aime à savoir que les gens n’ont pas oublié ma grande. C’est un honneur de savoir que Marianne a vraiment marqué les gens», a mentionné son père, Stéphane Brodeur.

«Ça va faire bientôt deux ans que Marianne est décédée et je trouve ça très émouvant de voir que les gens se souviennent de ses belles qualités et aussi sans doute de ses petits défauts», a lancé avec émotion et humour, Guylaine Boulé.

La mère de Marianne Brodeur a été élève et enseignante à Vinet-Souligny.

«L’idée de planter un arbre pour Marianne est significative, est intervenu le grand-père maternel de la victime, Alain Boulé. Cet arbre, c’est la continuité. Il va nous survivre.»       

 

Importance

Pour Sandra Marquis, il était important de souligner la mémoire de celle qui fût son élève.

«Des élèves comme Marianne, ça marque une enseignante pour le reste de ses jours. Il y avait une chimie avec ce groupe. J’avais l’impression de retrouver mes enfants quand j’allais travailler», a confié Mme Marquis.

«Marianne était une fonceuse, elle avait une joie de vivre. Quand elle s’impliquait dans quelque chose, elle le faisait à fond», a mentionné la mère de Marianne, Guylaine Boulé.

Une plaque commémorative soulignant cet événement sera fixée au mur à l’entrée de l’école aux côtés de l’arbre, un carpinus fontaine. Botanix à La Prairie a fourni gracieusement l’arbre et l’aménagement a été réalisé gratuitement par Les terrassements Marcel.  

 

À LIRE AUSSI :

Une jeune adepte de motocross perd la vie

Commenter cet article

avatar