Une artiste renoue avec son public entre les deux vagues de la pandémie

Par Vicky Girard
Une artiste renoue avec son public entre les deux vagues de la pandémie
Patricia Légaré a eu un moment précieux avec des familles de Delson à la fin septembre (Photo : Gracieuseté)

La courte fenêtre de temps pendant laquelle les spectacles ont pu reprendre au début de l’automne a permis à Patricia Légaré, comédienne et chanteuse, de reconnecter avec son public. Au travers son personnage, Mlle Égarée, elle leur a présenté sa pièce de théâtre pour les 0 à 8 ans intitulée La recette de cœur le 26 septembre, à la bibliothèque de Delson. 

L’artiste native de La Prairie y ayant résidé pendant plus d’une trentaine d’années se dit choyée d’avoir pu remonter sur les planches l’espace d’un moment.

Bien qu’elle demeure à Montréal depuis trois ans, elle affirme rester «une fille de la Rive-Sud et du Roussillon». Elle affectionne donc particulièrement performer dans la région où elle se sent chez elle pour y voir des visages familiers.

Elle a d’ailleurs retrouvé une femme qu’elle gardait il y a plusieurs années lorsqu’elle était enfant, avec son fils et son mari, dans le public delsonnien.

Mme Légaré confie avoir eu le cœur gros lorsque la fermeture des milieux culturels a été annoncée quelques jours après.

Avant de remonter sur scène, elle disait au Reflet être émotive.

«Mon public me manque. D’habitude, à la fin, j’ai une avalanche de câlins, alors que là, je vois déjà les enfants faire des petits pas et s’arrêter», racontait-elle.

La formule a dû être modifiée naturellement, puisque les enfants du public doivent trouver des façons de réveiller Mlle Égarée sans s’en approcher. Selon le synopsis de la pièce, celle-ci est atteinte de narcolepsie après s’être piquée sur le fuseau de la Belle aux bois dormants. Pour briser le mauvais sort, elle doit obtenir la potion magique de Maléfique, mais cette dernière veut un nouveau cœur en échange.

«Comment décrire la joie de retrouver mon public, de les entendre rire, réagir, de m’émerveiller de leurs mots d’enfants? Je ne sais pas. C’est fort.»

-Patricia Légaré

«Une petite fille nous a fait rire lorsqu’elle a suggéré à Mlle Égarée d’aller au magasin de viande et de leur demander un cœur de dinosaure», relate l’artiste. Un autre enfant du public, Léonard, âgé de 15 mois, est quant à lui resté endormi jusqu’à ce que la potion magique fasse effet à la toute fin, blague-t-elle.

Patricia Légaré avait déjà mis en vente des représentations de son spectacle pour la période de l’Halloween, mais se dit consciente que ce sera célébré différemment cette année.

«J’espère toujours que se sera possible, cela dépendra de notre capacité à travailler ensemble,  peu importe nos convictions», soutient-elle.

L’actualité abordée légèrement

Le dernier spectacle de Mme Légaré lui a permis d’incorporer des éléments «plus difficiles» de l’actualité à aborder avec les petits, dont le consentement. Elle se dit surprise de constater leurs connaissances et considère important d’en parler concrètement avec eux à travers une histoire tissée sur la découverte d’ingrédients pour un bon cœur, avec des chansons, des danses et de la magie. Par exemple, à Delson, «lorsque la princesse a parlé de consentement, une petite famille nous a partagé son geste de remplacement lorsqu’on ne veut pas de bisous ou de câlin, ou lorsqu’on ne peut pas en faire; faire un gros cœur avec les deux index», détaille Patricia Légaré.

Pandémie

Bien qu’elle ne pouvait performer pendant la pandémie, Patricia Légaré a entretenu sa passion pour son art. Celle qui a étudié en théâtre musical et créé sa compagnie de production, Les évadés de la lune, en 2004, a fondé un regroupement d’entraide artistique appelé Joyous Arts Fellowship. «Ce regroupement était d’abord une façon de réunir des artistes pour faire des lectures à vue et des exercices artistiques. Puis des auteurs émergents se sont intéressés au projet et ont demandé si leurs nouvelles œuvres pouvaient être lues par les comédiens professionnels», explique-t-elle. Une trentaine d’artistes font partie du projet en provenance de l’Amérique du Nord, notamment du Québec, de l’Alberta, de l’Ontario, du Texas et de New York. Mme Légaré s’est également consacrée à l’aquarelle et à l’écriture de sa première pièce de théâtre pour adultes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires