Billet d’humeur : Le jour et la nuit

Billet d’humeur : Le jour et la nuit

Mal de dos.

Crédit photo : Depositphotos

Vous arrive-t-il de vivre deux expériences complètement différentes?

Ce n’est pas la première fois, ici, que je parle de mes déboires – ou plutôt ceux de mes parents – avec le système de santé. Comme quoi, il est défaillant. Mal organisé. Dans le réseau hospitalier, à tout le moins.

Mais voilà que j’ai vécu une de mes meilleures expériences en tant que patiente la semaine passée. En clinique. Une expérience m’a réconciliée avec la Régie de l’assurance-maladie du Québec. Sa facilité parfois.

Vous vous souvenez de mes problèmes lombaires? Et bien, je n’en pouvais plus. Je me suis levée un matin avec la seule envie d’aller voir mon médecin de famille. Parce que mon ostéopathe est en arrêt de travail.

Je me suis pointée à la clinique quelques minutes après l’ouverture. Il était déjà trop tard. Les deux patients qui pouvaient être pris à l’ouverture des portes étaient déjà sur place. La secrétaire m’a alors demandé de l’appeler pour prendre rendez-vous par téléphone.

Sur le coup, je n’ai pas trop compris. Pourquoi ne pouvait-elle pas me donner un rendez-vous? Alors que j’étais devant elle. C’est à force d’y penser que j’en suis venue à la conclusion que c’est pour canaliser les demandes et respecter un certain ordre de priorité des appels. Que pendant qu’elle répond au téléphone, elle ne peut donner de rendez-vous aux patients. Et vice-versa.

J’ai sauté dans ma voiture et j’ai appelé à la clinique à partir de mon cellulaire. Zut! La ligne téléphonique était occupée. Rendue au bureau, j’ai pu avoir la ligne. Et un rendez-vous le jour même, en après-midi.

La secrétaire a été assez gentille pour me rappeler une demi-heure avant mon rendez-vous. Ce qui m’a permis de travailler entre-temps, d’avoir le temps pour me rendre et d’éviter de poireauter inutilement dans la salle d’attente.

Mon médecin – que je n’avais pas vu depuis des lunes – a été tout aussi efficace. Je suis ressortie de son bureau avec une prescription et une radiographie à faire à la porte d’à côté.

En l’espace de deux heures, j’avais vu le doc, passé une radiographie et obtenu ma prescription à la pharmacie. En plus, moins de 24 heures plus tard, j’avais les résultats de ma radiographie. J’étais fixée. Alors qu’on m’avait dit de compter quatre jours ouvrables.

Un véritable charme, je vous dis.

«Chaque jour est une nouvelle expérience et chaque expérience doit faire espérer un nouveau jour.»

– Citation anonyme

 

 

Commenter cet article

avatar